Non-cumul des mandats : 39 députés PS passent à l’offensive

Un groupe de parlementaires appelle à l’application de la mesure dès 2014, quand le ministre de l’Intérieur et le président de l’Assemblée nationale évoquent 2017.

Pour Manuel Valls, l’application en 2014 du non-cumul des mandats provoquerait une « mini-dissolution » de l’Assemblée nationale dangereuse pour le PS. Pour Manuel Valls, l’application en 2014 du non-cumul des mandats provoquerait une « mini-dissolution » de l’Assemblée nationale dangereuse pour le PS.

assembleeAprès l’appareil du Parti socialiste, 39 députés PS se prononcent mercredi pour l’application dès 2014 du non-cumul des mandats, l’une des promesses électorales les plus symboliques de François Hollande. « Le non-cumul des mandats, c’est maintenant », écrivent les signataires dans une tribune publiée dans Le Monde, daté du 28 février. Le groupe PS compte 293 députés, dont plusieurs apparentés. Cette mesure se heurte à la fronde de nombreux élus PS appuyés par l’opposition ainsi qu’à l’avis du Conseil d’État, qui prône une entrée en vigueur en 2017, soit à la fin des mandats parlementaires en cours des députés et des sénateurs.

Le Premier secrétaire du Parti socialiste Harlem Désir prône une application dès les élections municipales de mars 2014 tandis que le ministre de l’Intérieur Manuel Valls et le président de l’Assemblée nationale Claude Bartolone évoquent l’horizon 2017, date des élections législatives et sénatoriales. Pour Manuel Valls, l’application en 2014 provoquerait une « mini-dissolution » de l’Assemblée nationale dangereuse sur le plan électoral pour le PS en cette période d’austérité. Thierry Mandon, le porte-parole du groupe PS de l’Assemblée, a laissé mardi la porte ouverte à une application en 2017. « Le groupe socialiste souhaite que la réforme soit engagée le plus vite possible et qu’elle s’applique le plus tôt possible. Si le plus tôt possible, c’est la fin du quinquennat, ce n’est pas un problème », a-t-il dit.
« Reculade »

Mais le député du Tarn Jacques Valax, initiateur de la tribune publiée mardi, déplore les tergiversations du gouvernement, jugeant que l’avis du Conseil d’État sert de paravent derrière lequel pourrait se réfugier l’exécutif. « Cette mesure permettra une indispensable modernisation de la vie politique française, écrivent les signataires. Nous sommes convaincus de la nécessité de ce changement et déterminés à son application dès 2014 », écrit-il avec 38 autres députés. « Des parlementaires renâclent. Leur argument relatif à l’enracinement local nécessaire aux élus nationaux pour justifier le cumul des mandats n’est pas crédible. C’est oublier que la Constitution prévoit que les députés et les sénateurs sont les représentants de la nation tout entière », ajoute le texte.

Peu de têtes d’affiche apparaissent dans la liste des signataires et plus des deux tiers sont de nouveaux députés déjà en conformité avec les règles de non-cumul. « 2017, c’est une reculade sur un sujet qui faisait partie des engagements essentiels de la gauche », dit Jacques Valax au Monde, exprimant le désarroi de ces élus de base qui voient se creuser le fossé entre les sphères du pouvoir et le peuple de gauche.

Reuters – Le Point – 27/02/2013

Publicités

Tagué:, , , , , , , , , , ,

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :