Archives de Catégorie: Textes de loi

Le scrutin de la première séance du 09 juillet 2013 (AN)

Scrutin public sur l’ensemble du projet de loi interdisant le cumul de fonctions exécutives locales avec le mandat de représentant au Parlement européen.

L’Assemblée nationale a adopté.

  • Nombre de votants : 553
  • Nombre de suffrages exprimés : 533
  • Majorité absolue : 267
  • Pour l’adoption : 305
  • Contre : 228

Groupe socialiste, républicain et citoyen (292 membres)

Pour: 274

  • Ibrahim Aboubacar
  • Patricia AdamCandidat élections française
  • Sylviane Alaux
  • Jean-Pierre Allossery
  • Pouria Amirshahi
  • François André
  • Nathalie Appéré
  • Christian Assaf
  • Avi Assouly
  • Pierre Aylagas
  • Alexis Bachelay
  • Guillaume Bachelay
  • Jean-Paul Bacquet
  • Gérard Bapt
  • Frédéric Barbier
  • Serge Bardy
  • Ericka Bareigts

  • Christian Bataille
  • Marie-Noëlle Battistel
  • Laurent Baumel
  • Philippe Baumel
  • Nicolas Bays
  • Catherine Beaubatie
  • Jean-Marie Beffara
  • Luc Belot
  • Karine Berger
  • Chantal Berthelot
  • Gisèle Biémouret
  • Philippe Bies
  • Erwann Binet
  • Yves Blein
  • Jean-Luc Bleunven
  • Patrick Bloche
  • Daniel Boisserie
  • Pascale Boistard
  • Christophe Borgel
  • Florent Boudié
  • Marie-Odile Bouillé
  • Christophe Bouillon
  • Brigitte Bourguignon
  • Malek Boutih
  • Kheira Bouziane-Laroussi
  • Émeric Bréhier
  • Jean-Louis Bricout
  • François Brottes
  • Isabelle Bruneau
  • Gwenegan Bui
  • Sabine Buis
  • Jean-Claude Buisine
  • Sylviane Bulteau
  • Vincent Burroni
  • Alain Calmette
  • Jean-Christophe Cambadélis
  • Colette Capdevielle
  • Yann Capet
  • Christophe Caresche
  • Fanélie Carrey-Conte
  • Martine Carrillon-Couvreur
  • Christophe Castaner
  • Jean-Yves Caullet
  • Nathalie Chabanne
  • Guy Chambefort
  • Jean-Paul Chanteguet
  • Marie-Anne Chapdelaine
  • Guy-Michel Chauveau
  • Dominique Chauvel
  • Pascal Cherki
  • Jean-David Ciot
  • Alain Claeys
  • Jean-Michel Clément
  • Marie-Françoise Clergeau
  • Philip Cordery
  • Valérie Corre
  • Catherine Coutelle
  • Jacques Cresta
  • Pascale Crozon
  • Seybah Dagoma
  • Yves Daniel
  • Carlos Da Silva
  • Pascal Deguilhem
  • Florence Delaunay
  • Guy Delcourt
  • Carole Delga
  • Sébastien Denaja
  • Françoise Descamps-Crosnier
  • Jean-Louis Destans
  • Michel Destot
  • Fanny Dombre-Coste
  • René Dosière
  • Sandrine Doucet
  • Philippe Doucet
  • Jean-Luc Drapeau
  • Françoise Dubois
  • Jean-Pierre Dufau
  • Anne-Lise Dufour-Tonini
  • Françoise Dumas
  • William Dumas
  • Laurence Dumont
  • Jean-Louis Dumont
  • Jean-Paul Dupré
  • Yves Durand
  • Philippe Duron
  • Olivier Dussopt
  • Christian Eckert
  • Henri Emmanuelli
  • Corinne Erhel
  • Sophie Errante
  • Marie-Hélène Fabre
  • Martine Faure
  • Olivier Faure
  • Alain Fauré
  • Matthias Fekl
  • Vincent Feltesse
  • Hervé Féron
  • Richard Ferrand
  • Jean-Pierre Fougerat
  • Hugues Fourage
  • Michèle Fournier-Armand
  • Michel Françaix
  • Christian Franqueville
  • Jean-Claude Fruteau

  • Jean-Louis Gagnaire
  • Geneviève Gaillard
  • Yann Galut
  • Hélène Geoffroy
  • Jean-Marc Germain
  • Jean-Patrick Gille
  • Jean Glavany
  • Yves Goasdoué
  • Daniel Goldberg
  • Geneviève Gosselin-Fleury
  • Pascale Got
  • Marc Goua
  • Linda Gourjade
  • Laurent Grandguillaume
  • Estelle Grelier
  • Jean Grellier
  • Jérôme Guedj
  • Edith Gueugneau
  • Élisabeth Guigou
  • Thérèse Guilbert
  • Chantal Guittet
  • David Habib
  • Razzy Hammadi
  • Mathieu Hanotin
  • Danièle Hoffman-Rispal
  • Joëlle Huillier
  • Sandrine Hurel
  • Monique Iborra
  • Françoise Imbert
  • Michel Issindou
  • Éric Jalton
  • Serge Janquin
  • Henri Jibrayel
  • Régis Juanico
  • Armand Jung
  • Laurent Kalinowski
  • Marietta Karamanli
  • Chaynesse Khirouni
  • Bernadette Laclais
  • Conchita Lacuey
  • Jérôme Lambert
  • Colette Langlade
  • Jean Launay
  • Pierre Léautey
  • Pierre-Yves Le Borgn’
  • Jean-Yves Le Bouillonnec
  • Patrick Lebreton

  • Gilbert Le Bris
  • Anne-Yvonne Le Dain
  • Jean-Yves Le Déaut
  • Viviane Le Dissez
  • Michel Lefait
  • Dominique Lefebvre
  • Jean-Marie Le Guen
  • Annie Le Houérou
  • Annick Le Loch
  • Axelle Lemaire
  • Patrick Lemasle
  • Catherine Lemorton
  • Christophe Léonard
  • Annick Lepetit
  • Jean-Pierre Le Roch
  • Bruno Le Roux
  • Arnaud Leroy
  • Michel Lesage
  • Bernard Lesterlin
  • Serge Letchimy
  • Michel Liebgott
  • Martine Lignières-Cassou
  • Audrey Linkenheld
  • François Loncle
  • Gabrielle Louis-Carabin
  • Lucette Lousteau
  • Jean-Pierre Maggi
  • Jean-Philippe Mallé
  • Thierry Mandon
  • Jacqueline Maquet
  • Marie-Lou Marcel
  • Jean-René Marsac
  • Martine Martinel
  • Frédérique Massat
  • Sandrine Mazetier
  • Michel Ménard
  • Patrick Mennucci
  • Pierre-Alain Muet
  • Philippe Nauche
  • Nathalie Nieson
  • Philippe Noguès
  • Maud Olivier
  • Monique Orphé

  • Luce Pane
  • Christian Paul
  • Rémi Pauvros
  • Germinal Peiro
  • Hervé Pellois
  • Jean-Claude Perez
  • Sylvie Pichot
  • Sébastien Pietrasanta
  • Martine Pinville
  • Christine Pires Beaune
  • Philippe Plisson
  • Élisabeth Pochon
  • Napole Polutélé
  • Dominique Potier
  • Émilienne Poumirol
  • Patrice Prat
  • Joaquim Pueyo
  • François Pupponi
  • Catherine Quéré
  • Valérie Rabault
  • Monique Rabin
  • Dominique Raimbourg
  • Marie Récalde
  • Marie-Line Reynaud
  • Eduardo Rihan Cypel
  • Denys Robiliard
  • Alain Rodet
  • Marcel Rogemont
  • Frédéric Roig
  • Barbara Romagnan
  • Bernard Roman
  • Gwendal Rouillard
  • René Rouquet
  • Alain Rousset
  • Boinali Said
  • Béatrice Santais
  • Odile Saugues
  • Gilbert Sauvan
  • Gilles Savary
  • Gérard Sebaoun
  • Christophe Sirugue
  • Julie Sommaruga
  • Suzanne Tallard
  • Pascal Terrasse
  • Gérard Terrier
  • Thomas Thévenoud
  • Jean-Louis Touraine
  • Stéphane Travert
  • Catherine Troallic
  • Cécile Untermaier
  • Jean-Jacques Urvoas
  • Daniel Vaillant
  • Hélène Vainqueur-Christophe
  • Jacques Valax
  • Clotilde Valter
  • Michel Vauzelle
  • Olivier Véran
  • Fabrice Verdier
  • Michel Vergnier
  • Patrick Vignal
  • Jean-Michel Villaumé
  • Jean Jacques Vlody

  • Paola Zanetti

Contre: 3

  • Dominique Baert
  • Christian Hutin
  • Jean-Luc Laurent

Abstention: 6

  • Marie-Françoise Bechtel
  • Jean-Jacques Cottel
  • Sophie Dessus
  • Philippe Kemel
  • Pascal Popelin
  • Sylvie Tolmont

Non-votants: 2

MM. Claude Bartolone (Président de l’Assemblée nationale) et Philippe Martin (Membre du gouvernement).

Groupe de l’union pour un mouvement populaire (199 membres)

Contre: 189

  • Damien Abad
  • Elie Aboud
  • Bernard Accoyer
  • Yves Albarello
  • Nicole Ameline
  • Benoist Apparu
  • Julien Aubert
  • Olivier Audibert-Troin
  • Patrick Balkany
  • Jean-Pierre Barbier
  • François Baroin
  • Jacques Alain Bénisti
  • Xavier Bertrand
  • Étienne Blanc
  • Marcel Bonnot
  • Jean-Claude Bouchet
  • Valérie Boyer
  • Xavier Breton
  • Philippe Briand
  • Bernard Brochand
  • Dominique Bussereau
  • Olivier Carré
  • Gilles Carrez
  • Yves Censi
  • Jérôme Chartier
  • Luc Chatel
  • Gérard Cherpion
  • Guillaume Chevrollier
  • Alain Chrétien
  • Jean-Louis Christ
  • Dino Cinieri
  • Éric Ciotti
  • Philippe Cochet
  • Jean-François Copé
  • François Cornut-Gentille
  • Jean-Louis Costes
  • Édouard Courtial
  • Jean-Michel Couve
  • Marie-Christine Dalloz
  • Gérald Darmanin
  • Olivier Dassault
  • Marc-Philippe Daubresse
  • Bernard Debré
  • Jean-Pierre Decool
  • Bernard Deflesselles
  • Lucien Degauchy
  • Rémi Delatte
  • Patrick Devedjian
  • Nicolas Dhuicq
  • Sophie Dion
  • Jean-Pierre Door
  • Dominique Dord
  • David Douillet
  • Marianne Dubois
  • Virginie Duby-Muller
  • Christian Estrosi
  • Daniel Fasquelle
  • Georges Fenech
  • François Fillon
  • Marie-Louise Fort
  • Yves Foulon
  • Marc Francina
  • Yves Fromion
  • Laurent Furst
  • Claude de Ganay
  • Sauveur Gandolfi-Scheit
  • Hervé Gaymard
  • Annie Genevard
  • Guy Geoffroy
  • Bernard Gérard
  • Alain Gest
  • Daniel Gibbes
  • Franck Gilard
  • Georges Ginesta
  • Charles-Ange Ginesy
  • Jean-Pierre Giran
  • Claude Goasguen
  • Jean-Pierre Gorges
  • Philippe Gosselin
  • Philippe Goujon
  • Claude Greff
  • Anne Grommerch
  • Arlette Grosskost
  • Serge Grouard
  • Henri Guaino
  • Françoise Guégot
  • Jean-Claude Guibal
  • Jean-Jacques Guillet
  • Christophe Guilloteau
  • Michel Heinrich
  • Michel Herbillon
  • Antoine Herth
  • Patrick Hetzel
  • Philippe Houillon
  • Guénhaël Huet
  • Sébastien Huyghe
  • Christian Jacob
  • Denis Jacquat
  • Christian Kert
  • Nathalie Kosciusko-Morizet
  • Jacques Kossowski
  • Patrick Labaune
  • Valérie Lacroute
  • Marc Laffineur
  • Jacques Lamblin
  • Jean-François Lamour
  • Laure de La Raudière
  • Guillaume Larrivé
  • Charles de La Verpillière
  • Thierry Lazaro
  • Alain Leboeuf
  • Isabelle Le Callennec
  • Frédéric Lefebvre
  • Marc Le Fur
  • Pierre Lellouche
  • Bruno Le Maire
  • Dominique Le Mèner
  • Jean Leonetti
  • Pierre Lequiller
  • Philippe Le Ray
  • Céleste Lett
  • Geneviève Levy
  • Véronique Louwagie
  • Gilles Lurton
  • Jean-François Mancel
  • Alain Marc
  • Thierry Mariani
  • Hervé Mariton
  • Alain Marleix
  • Olivier Marleix
  • Franck Marlin
  • Alain Marsaud
  • Philippe Armand Martin
  • Patrice Martin-Lalande
  • Alain Marty
  • Jean-Claude Mathis
  • François de Mazières
  • Damien Meslot
  • Philippe Meunier
  • Jean-Claude Mignon
  • Pierre Morange
  • Yannick Moreau
  • Pierre Morel-A-L’Huissier
  • Alain Moyne-Bressand
  • Jacques Myard
  • Dominique Nachury
  • Patrick Ollier
  • Valérie Pécresse
  • Jacques Pélissard
  • Bernard Perrut
  • Édouard Philippe
  • Bérengère Poletti
  • Axel Poniatowski
  • Josette Pons
  • Christophe Priou
  • Didier Quentin
  • Frédéric Reiss
  • Jean-Luc Reitzer
  • Bernard Reynès
  • Franck Riester
  • Arnaud Robinet
  • Camille de Rocca Serra
  • Sophie Rohfritsch
  • Martial Saddier
  • François Scellier
  • Claudine Schmid
  • André Schneider
  • Jean-Marie Sermier
  • Fernand Siré
  • Michel Sordi
  • Éric Straumann
  • Claude Sturni
  • Alain Suguenot
  • Michèle Tabarot
  • Jean-Charles Taugourdeau
  • Guy Teissier
  • Michel Terrot
  • Jean-Marie Tetart
  • Dominique Tian
  • François Vannson
  • Catherine Vautrin
  • Patrice Verchère
  • Jean-Pierre Vigier
  • Philippe Vitel
  • Michel Voisin
  • Jean-Luc Warsmann
  • Laurent Wauquiez
  • Éric Woerth
  • Marie-Jo Zimmermann

Abstention: 3

  • Jean-Luc Moudenc
  • Paul Salen
  • Thierry Solère
Groupe de l’union des démocrates et indépendants (31 membres)

Contre: 22

  • Thierry Benoit
  • Gilles Bourdouleix
  • Stéphane Demilly
  • Yannick Favennec
  • Edouard Fritch
  • Jean-Christophe Fromantin
  • Francis Hillmeyer
  • Yves Jégo
  • Jean-Christophe Lagarde
  • Maurice Leroy
  • Michel Piron
  • Franck Reynier
  • François Rochebloine
  • Rudy Salles
  • André Santini
  • François Sauvadet
  • Jonas Tahuaitu
  • Jean-Paul Tuaiva
  • Francis Vercamer
  • Philippe Vigier
  • François-Xavier Villain
  • Michel Zumkeller

Abstention: 9

  • Jean-Louis Borloo
  • Charles de Courson
  • Philippe Folliot
  • Philippe Gomès
  • Meyer Habib
  • Sonia Lagarde
  • Hervé Morin
  • Bertrand Pancher
  • Arnaud Richard
Groupe écologiste (17 membres)

Pour: 17

  • Laurence Abeille
  • Éric Alauzet
  • Brigitte Allain
  • Isabelle Attard
  • Danielle Auroi
  • Denis Baupin
  • Michèle Bonneton
  • Christophe Cavard
  • Sergio Coronado
  • François-Michel Lambert
  • Noël Mamère
  • Véronique Massonneau
  • Paul Molac
  • Barbara Pompili
  • Jean-Louis Roumégas
  • François de Rugy
  • Eva Sas
Groupe radical, républicain, démocrate et progressiste (16 membres)

Pour: 4

  • Olivier Falorni
  • Paul Giacobbi
  • Dominique Orliac
  • Thierry Robert

Contre: 9

  • Thierry Braillard
  • Ary Chalus
  • Jeanine Dubié
  • Annick Girardin
  • Joël Giraud
  • Jacques Krabal
  • Stéphane Saint-André
  • Roger-Gérard Schwartzenberg
  • Alain Tourret

Abstention: 1

  • Jean-Noël Carpentier

Groupe de la gauche démocrate et républicaine (15 membres)

Pour: 7

  • François Asensi
  • Huguette Bello

  • Marie-George Buffet
  • André Chassaigne
  • Marc Dolez
  • Jacqueline Fraysse
  • Gabriel Serville

Contre: 3

  • Bruno Nestor Azérot
  • Patrice Carvalho
  • Jean-Philippe Nilor

Abstention: 1

  • Jean-Jacques Candelier

Non inscrits (7 membres)

Pour: 3

  • Sylvie Andrieux
  • Gilbert Collard
  • Marion Maréchal-Le Pen

Contre: 2

  • Véronique Besse
  • Nicolas Dupont-Aignan

AN. 1ère lecture: Interdiction du cumul de fonctions exécutives locales avec le mandat de député ou de sénateur

Discussion, après engagement de la procédure accélérée, d’un projet de loi organique et d’un projet de loi (Discussion générale commune)

Première séance du mercredi 3 juillet 2013

M. le président. L’ordre du jour appelle la discussion, après engagement de la procédure accélérée, du projet de loi organique interdisant le cumul de fonctions exécutives locales avec le mandat de député ou de sénateur (n°885, 1.173) et du projet de loi interdisant le cumul de fonctions exécutives locales avec le mandat de représentant au Parlement européen (n°886, 1.174).

La Conférence des présidents a décidé que ces deux textes donneraient lieu à une discussion générale commune.

Présentation commune

M. le président. La parole est à M. le ministre de l’intérieur.

M. Manuel Valls, ministre de l’intérieur. Monsieur le président, monsieur le président de la commission des lois, monsieur le rapporteur, mesdames et messieurs les députés, c’est avec un sentiment de fierté et de grande responsabilité que je prends la parole devant vous.

Fierté, car j’ai l’honneur de vous présenter un projet de loi, traduction de l’engagement du Président de la République, qui, je n’en doute pas, fera date. J’irai jusqu’à dire qu’il s’agit, pour notre pays qui a fait du cumul des mandats une caractéristique de sa vie politique, d’une véritable révolution démocratique.

Responsabilité, car nous sommes tous ici conscients de la fragilité du lien démocratique. Nous savons combien – pour de nombreuses raisons, trop longues à développer ici, mais que chacun a en tête – beaucoup de nos concitoyens versent dans la désillusion, voire la défiance quant à la capacité des responsables politiques, de tous les responsables politiques, à entendre leurs inquiétudes et à répondre à leurs attentes.

Responsabilité, également, car comment ne pas voir dans ce projet de loi la conclusion logique de toutes les avancées qui, au cours des trois dernières décennies, ont transformé, approfondi notre vie démocratique, notamment dans les territoires.

La démocratie, c’est une relation de confiance entre les élus et les citoyens. Exercer un mandat, c’est consacrer du temps, de l’énergie, sa vie – familiale et professionnelle – à porter la voix et les aspirations de celles et ceux qui vous ont confié cette responsabilité. Ce mandat peut être local ou national.

En trente ans de lois de décentralisation, l’exercice d’un mandat local est devenu de plus en plus lourd et complexe. La France a été profondément changée par ces textes voulus par François Mitterrand et portés par Pierre Mauroy et Gaston Deferre, deux hommes d’État qui savaient très bien ce qu’est l’exigence quotidienne de veiller au destin d’une collectivité locale – et je connais l’implication des élus, quelle que soit leur sensibilité, au service de leurs concitoyens dans les territoires .

La France, c’est une nation faite de femmes et d’hommes qui se rassemblent derrière un même idéal : la République, celle qui bat ici, au cœur de cette Assemblée.

La France, c’est aussi un ensemble, de communes, de départements, de régions qui ont leurs identités et qui, unis et solidaires, font cette République des territoires. Cette République faite des contrastes de ses terres, de ses reliefs, de ses littoraux, de ses paysages urbains ou ruraux, mais également de l’unicité de sa devise qui partout, jusque dans le plus petit village, en métropole ou en outre-mer est écrite sur nos bâtiments publics.

Dans les territoires se joue l’avenir de notre nation. Ces territoires, vivent, se développent, mobilisent les énergies, préparent demain. C’est un chantier exaltant, passionnant. Et les élus dans les territoires ont un rôle primordial à jouer.

Le mandat national – celui que vous exercez au sein de cette Assemblée – qui consiste à légiférer, à contrôler l’action du Gouvernement et à évaluer les politiques publiques est, lui aussi, prenant et exigeant. Et cette exigence s’est encore renforcée avec la session unique et la réforme constitutionnelle de 2008.

Être parlementaire est une responsabilité particulière. Être membre d’un exécutif local en est une autre. La question du non-cumul a été maintes fois posée. On en a beaucoup parlé. Le moment de le mettre en œuvre, de le traduire en droit, est arrivé.

M. Régis Juanico. En effet.

M. Manuel Valls, ministre. Et c’est précisément ce que le Gouvernement entend faire.

Les lois organiques du 30 décembre 1985 et du 5 avril 2000, portées par des majorités de gauche – je tiens à le rappeler – ont constitué des premières avancées. Elles ont en effet limité les possibilités de cumul mettant fin à la folie antérieure – assez récente et je ne citerai personne – dans laquelle l’on pouvait être simultanément, maire, président du conseil général, président du conseil régional, député ou sénateur et enfin parlementaire européen !

M. Guy Geoffroy. C’est fini !

M. Manuel Valls, ministre. Cette majorité de gauche veut aller plus loin. Non pas en limitant, cette fois-ci, mais en supprimant le cumul avec un exécutif local.

La traduction de l’engagement du Président de la République, c’est donc une même loi qui s’applique à tout le monde, en même temps et dans les mêmes conditions.

Cet engagement, le chef de l’État a eu l’occasion d’en expliquer les motivations profondes : ce que les citoyens attendent, ce sont des élus à leur écoute, pleinement investis dans leurs responsabilités au niveau local, comme au niveau national. Ces projets de loi répondent donc avant tout à une exigence citoyenne.

Le projet de loi organique, c’est aussi le vôtre. Il vous concerne politiquement et personnellement. Je mesure, comme vous, les bouleversements qui vont en résulter. Ce n’est pas une petite affaire. C’est un changement profond. Ce sont des pratiques, des habitudes, des traditions, des comportements qu’il va falloir changer. Ce sont aussi des trajectoires personnelles, des engagements forts au service de vos collectivités qui vont prendre, si ce texte est adopté, d’autres formes.

L’ampleur de cette évolution, le Gouvernement ne la sous-estime pas. Au contraire, il la revendique et je l’assume devant vous, car il s’agit d’un vrai changement qui s’inscrit à la suite de cet autre changement que nous avons voulu avec le scrutin binominal et paritaire dans les départements. (Exclamations sur les bancs du groupe UMP.)

M. Jean-Luc Reitzer. Quelle réussite !

M. Bernard Deflesselles. Unique au monde !

M. Manuel Valls, ministre. La parité dans tous les départements, l’opposition ne l’a pas voulue : le changement est de ce côté de l’hémicycle, le conservatisme de l’autre ! (Applaudissements sur les bancs du groupe SRC. – Exclamations sur les bancs du groupe UMP.)

M. le président. Je vous en prie, chers collègues.

M. Manuel Valls, ministre. Le renouvellement des responsables politiques doit se traduire aussi par l’accession d’une nouvelle génération à des responsabilités politiques, mais pas seulement. Le renouvellement, c’est aussi le renouvellement des profils, des parcours et des origines.

Vous avez donc l’occasion, par votre vote et par un débat qui doit honorer le Parlement, de modifier profondément la vie politique française, de marquer l’histoire de nos institutions.

M. Nicolas Dhuicq. En détruisant la Cinquième République !

M. Manuel Valls, ministre. Vous avez l’occasion de changer votre façon de concevoir et d’exercer le mandat de parlementaire, si c’est ce mandat que vous décidez de privilégier.

Avec cette loi, les mandats de parlementaires ne pourront plus être cumulés avec une fonction exécutive locale. Cependant, il restera possible d’exercer un mandat local de conseiller régional, départemental, municipal ou communautaire.

M. Guy Geoffroy. Cela n’a pas de sens !

M. Manuel Valls, ministre. En effet, le Gouvernement n’a pas souhaité instaurer le mandat unique. Il a voulu préserver cet enracinement, cet ancrage local auquel vous êtes légitimement attachés.

Ce projet de loi est équilibré,…

M. Guy Geoffroy. C’est de l’équilibrisme !

M. Manuel Valls, ministre. …car il est à la fois strict sur le périmètre de non-cumul et souple quant à son application dans le temps.

M. Lionel Tardy. On verra en 2014, lorsqu’on changera de majorité ! (Sourires.)

M. Manuel Valls, ministre. Strict sur le périmètre parce qu’il interdit le cumul d’un mandat parlementaire avec toute fonction exécutive locale : celles de maire et de président, mais aussi d’adjoint et de vice-président.

M. Jean-Luc Reitzer. Ridicule !

M. Manuel Valls, ministre. Exercer une responsabilité exécutive locale est un mandat passionnant ; mais, c’est un mandat prenant qui implique d’être au contact régulier de la collectivité pour laquelle il s’agit – les lois de décentralisation ont fait leur œuvre – de conduire des politiques et de gérer des budgets importants : logement, équipements, urbanisme, développement économique ou rural ou encore solidarité.

M. Jean-Luc Reitzer. C’est déjà ce qu’on fait !

M. Manuel Valls, ministre. Bien sûr, certains objecteront que les premiers avocats du non-cumul – et j’en suis – ont eux aussi, par le passé, cumulé.

M. Jean-Frédéric Poisson. C’est le moins qu’on puisse dire !

M. Manuel Valls, ministre. C’est donc en toute connaissance de cause que je m’exprime devant vous.

M. Bernard Deflesselles. Il faut donc se faire hara-kiri !

M. Guy Geoffroy. Évry aurait été sacrifiée pendant quelques mois ?

M. Manuel Valls, ministre. Je sais la réalité des séances de nuit qu’il faut cumuler avec des conseils de quartiers ; je sais la réalité des auditions en commission qu’il faut cumuler avec des réunions de pilotage de chantiers.

M. Jean-Luc Reitzer. Vous avez réussi pourtant !

M. Manuel Valls, ministre. Je sais la réalité de la rédaction d’un rapport parlementaire qu’il faut cumuler avec les situations imprévues, parfois d’urgence, qui marquent la vie d’une collectivité, et pour lesquelles il faut impérativement être sur le terrain, aux côtés des habitants qui, légitimement, attendent beaucoup de leurs élus.

Oui, j’ai cumulé tout cela.

M. Jean-Luc Reitzer. Si vous ne l’aviez pas fait, vous ne seriez pas ministre aujourd’hui !

M. Manuel Valls, ministre. Et comme tous les membres du Gouvernement, je ne cumule plus. Et je crois, très sincèrement, que l’intérêt général s’en porte mieux. Vous verrez : vous aussi vous y viendrez ! Et vous verrez que nos concitoyens vous soutiendront dans cette démarche.

M. Guy Geoffroy. C’est du repentir actif !

M. Manuel Valls, ministre. Je vous laisse vos références religieuses ! (Sourires.)

Le Gouvernement n’a pas voulu introduire de notion de seuil de population. En effet, peu importe le nombre d’habitants, la réalité des missions à accomplir est bien là. Peu importe la taille de la commune, de l’intercommunalité, du département, de la région, c’est le même niveau d’exigence, le même impératif de présence qui s’applique.

En revanche, les moyens ne sont pas les mêmes,…

M. Nicolas Dhuicq. Eh oui !

M. Manuel Valls, ministre. …et il n’est pas rare que le maire d’une petite commune doive, pour l’essentiel, se débrouiller seul. La charge de travail et la responsabilité sont alors considérables !

M. Alain Tourret. Mais non !

M. Manuel Valls, ministre. Enfin, si un seuil était fixé, même à 1 000 habitants par exemple, vous conviendrez qu’il n’y a pas de sens à exclure du champ de ce projet de loi 27 000 communes sur les 36 783 que compte la France.

De même, il n’y aurait pas eu de sens à exclure du champ de ce projet la participation à un exécutif intercommunal. L’intercommunalité a acquis une vraie légitimité dans notre pays : une légitimité liée aux compétences exercées mais aussi, et de plus en plus, une légitimité démocratique. C’est ce lien entre les électeurs et leurs représentants intercommunaux que nous avons consacré dans la loi du 17 mai dernier avec l’élection au suffrage universel. C’est encore ce lien que nous soulignons aujourd’hui en incluant, pour la première fois, l’échelon intercommunal dans le texte.

En trente ans de décentralisation, les structures locales ont évolué – je ne vous apprends rien –, les responsabilités de ceux qui les composent également. Le choix de votre commission des lois, monsieur le président, monsieur le rapporteur, d’élargir le champ du non-cumul des mandats à certaines fonctions dérivées du mandat local s’inscrit dans cette logique et le Gouvernement y souscrit. Présider une société d’économie mixte prend du temps, il en va de même pour un syndicat d’électrification. Il est donc logique que ces fonctions ne puissent être compatibles avec un mandat parlementaire.

Certains voudraient aller plus loin en instaurant une limitation de l’exercice des mandats dans le temps. Le Gouvernement n’y est pas favorable. Depuis 2008, cette restriction existe pour le Président de la République : il ne peut accomplir plus de deux mandats consécutifs. Mais appliquer une telle limitation à l’ensemble des parlementaires bouleverserait l’équilibre que je vous propose aujourd’hui, un équilibre qui correspond à l’engagement du Président de la République.

M. Guy Geoffroy. C’est vraiment « Faites ce que je dis, pas ce que j’ai fait ».

M. Manuel Valls, ministre. Cela existe dans d’autres pays, monsieur le député. Aux États-Unis, il y a une limitation dans le temps pour le Président mais aussi pour les maires et les gouverneurs. Les parlementaires américains ont eu ce débat, comme dans d’autres démocraties parlementaires, et pour des raisons assez évidentes – celles qui nous ont conduits à la même conclusion –, ils n’ont pas retenu cette solution pour les mandats législatifs.

Strict sur le périmètre, ce projet de loi est souple et sûr d’un point de vue juridique quant à son application.

Souple, car il n’y a pas de date butoir en 2014 ou 2015.

M. Bernard Deflesselles. C’est bien pour vos camarades !

M. Manuel Valls, ministre. Chaque élu en situation de cumul aura donc la possibilité de préparer sereinement cette échéance et conservera sa liberté de choix en pouvant aller au terme de chacun de ses mandats actuels.

M. Guy Geoffroy. Comme c’est bien enveloppé !

M. Manuel Valls, ministre. Souple et sûr, parce que la formule qui est proposée, « l’échéance du renouvellement général de l’assemblée », suggérée par le Conseil d’État, garantit l’exercice du droit de suffrage, assure la continuité du fonctionnement des assemblées et évite tout risque de rétroactivité.

Les conditions du vote lors des élections législatives de 2012 sont ainsi préservées, aucune incompatibilité n’est imposée en cours de mandat, aucune situation légalement acquise n’est ainsi remise en cause. Mais la souplesse juridique de cette loi n’interdit pas la force de ses conséquences politiques – je l’ai dit devant la commission des lois. Il ne fait aucun doute que le texte, adopté avant les élections municipales du printemps prochain, va créer un cadre politique qui s’appliquera, j’en suis convaincu pour le plus grand nombre, dès 2014 ou 2015.

Les parlementaires qui seront candidats aux prochaines élections municipales seront tenus de dire, dans le débat politique local, s’ils comptent aller au terme de leur éventuel nouveau mandat de maire – et donc abandonner leur mandat parlementaire en 2017 – ou si, dans le cas contraire, ils comptent proposer une succession en cours de mandat, et à qui. Il en ira de même pour les présidents de départements et de régions en 2015.

Les effets politiques que j’évoque sont d’ailleurs déjà là, car dans plusieurs villes, des acteurs politiques locaux, de toutes sensibilités, sont déjà dans ce mode de réflexion et d’annonce.

Mesdames, messieurs les députés, j’ai moi-même été parlementaire pendant dix ans. Aussi permettez-moi de vous parler plus directement.

Qui d’entre vous, peut affirmer que son mandat de parlementaire n’est pas suffisant ? Qu’il n’est pas assez satisfaisant ? Qu’il n’est pas assez prenant ? Il est temps de sortir de la fiction de l’élu omniscient.

M. Jean-Jacques Urvoas, président de la commission des lois. Évidemment !

M. Manuel Valls, ministre. On peut être un très bon élu, qui cumule.

M. Jean-Luc Reitzer. Fort heureusement, sinon nous ne serions pas réélus.

M. Manuel Valls, ministre. Il y en a, je le sais. Et je ne doute pas que vous prendrez, les uns et les autres, des exemples. Mais cumuler revient à déléguer.

Ce n’est pas un procès fait aux élus, ceux qui aujourd’hui exercent plusieurs mandats, et qui le font avec toute la force de leur engagement au service du territoire ou du Parlement. Jamais je ne ferai ce type de procès, jamais je ne l’accepterai. Mais il y a un autre procès que je refuse, celui fait aux futurs élus, ceux et celles qui émergeront de cette réforme. Non, ce n’est pas une prime à ceux que l’on appelle les « apparatchiks » ; non, cela ne revient pas à élire des représentants coupés du terrain, de la réalité.

M. Claude Goasguen et M. Guy Geoffroy. Mais si !

M. Manuel Valls, ministre. Qui oserait attaquer sur sa méconnaissance du terrain celui qui aura été élu dans un territoire, une circonscription au suffrage universel direct ? S’attaquer à cet élu de cette manière, c’est s’attaquer au suffrage universel direct. Ce nouveau député ou cette nouvelle députée pourra conserver un ancrage dans sa commune en demeurant conseiller municipal, conseiller général ou conseiller régional. En outre, le mode de scrutin, majoritaire et uninominal, interdit au député de négliger sa circonscription et l’oblige à faire fructifier le lien de proximité avec les électeurs.

M. René Dosière. Très juste !

M. Manuel Valls, ministre. En réalité, nul besoin d’une fonction exécutive locale pour rester proche de ses concitoyens et ressentir leur état d’esprit, leurs aspirations et les traduire ici à l’Assemblée nationale dans les textes de loi, dans les interpellations du Gouvernement, dans le contrôle de l’exécutif.

M. Jean-Jacques Urvoas, président de la commission des lois. Très bien !

M. Manuel Valls, ministre. On pourra aussi avoir plusieurs engagements dans la vie politique, les uns après les autres et non plus en même temps : membre d’un exécutif local puis parlementaire, ou bien parlementaire puis membre d’un exécutif local. Ce sera par conséquent une autre façon de s’engager, de faire de la politique. Ce sera aussi pour les chambres, une autre manière de fonctionner.

Des parlementaires plus présents, c’est un Parlement renforcé dans ses missions législatives mais aussi de contrôle.

M. Claude Goasguen. Il ne s’agit pas de cela !

M. Jean-Luc Reitzer. Il n’y a aucun lien, les études le prouvent !

M. Manuel Valls, ministre. Le contrôle de l’action du Gouvernement est une prérogative essentielle du Parlement, renforcée par la réforme constitutionnelle du 23 juillet 2008 et la réforme du règlement de 2009. Une semaine de séance sur quatre y est désormais réservée. Un comité d’évaluation et de contrôle des politiques publiques a été créé. Des rapports sur l’application des lois sont rendus de manière systématique. Aux commissions d’enquête s’ajoutent les missions d’information – pas moins de six en une session parlementaire pour la seule commission des lois. Ces prérogatives en matière de suivi et de contrôle, encore faut-il pouvoir les exercer, car cela nécessite du temps, des moyens, un investissement.

Ce ne sont donc pas seulement les parlementaires qui sont concernés par ces projets de loi, ce ne sont pas seulement les élus qui vont devoir modifier leurs pratiques, c’est aussi l’exécutif qui s’engage, qui rend plus exigeante encore sa relation avec le Parlement.

L’exercice des mandats locaux est, lui aussi, devenu plus exigeant, plus prenant, parfois plus difficile. Chaque compétence nouvelle exercée constitue une nouvelle charge de travail pour les collectivités, donc pour leurs élus. Le mandat d’élu local a ses exigences, ses contraintes, et les conditions de travail, de vie des élus ne doivent pas les dissuader d’embrasser ce parcours. Je fais ici miens les mots du Président de la République : « C’est parce que l’exercice d’un mandat est une tâche noble, exigeante, que les élus doivent avoir les moyens d’exercer sereinement leurs missions. C’est le sens du statut de l’élu ».

Le Gouvernement a parfaitement conscience des réalités de la vie des élus locaux. À la suite des états généraux de la démocratie territoriale, un travail important a été engagé sur cette problématique du statut de l’élu : au Sénat avec la proposition de loi de Jean-Pierre Sueur et de Jacqueline Gourault et ici, à l’Assemblée nationale, notamment avec le récent rapport de votre collègue Philippe Doucet. Ce travail doit se poursuivre, en parallèle de celui que nous accomplissons aujourd’hui.

Il appartient aussi aux assemblées – et je sais que le président Claude Bartolone est très impliqué sur ce sujet – de réfléchir aux moyens de travail dont peuvent bénéficier les parlementaires pour exercer leurs missions.

Députés, sénateurs, portent la voix de nos concitoyens. Ils ont – vous avez – cette responsabilité éminente de bâtir la loi, de construire ce chemin, nécessairement exigeant, qui mène vers l’intérêt général.

J’ai commencé mon propos en vous parlant de responsabilité. Nous en avons tous une ici : assurer la force de nos institutions démocratiques. Nous en avons hérité à la suite de luttes, de combats. Être conscient de ce legs, ne doit pas être synonyme d’immobilisme. La démocratie, n’est pas un modèle figé à jamais ; elle réclame de savoir réinventer pour toujours s’assurer de l’intensité du lien de confiance qui existe avec les citoyens. Elle réclame de prendre acte des évolutions de la société et des mentalités. Et nos concitoyens ont des exigences nouvelles. Il faut les entendre et leur donner une traduction concrète. C’est l’honneur d’un gouvernement de gauche et d’une majorité de gauche que de porter précisément ces évolutions et de les traduire dans la loi.

Nous avons collectivement le devoir de nous réinventer pour donner à nos institutions, au Parlement et aux territoires, ces deux piliers de notre vie politique, un nouvel élan démocratique. Nous devons franchir ce pas et accomplir cette évolution attendue par les Français. Il est temps de faire preuve de courage et de clairvoyance.

Cette responsabilité – j’y insiste – est collective. Et ce texte équilibré qui, avec réalisme, prépare la transition, ne peut que nous rassembler.

M. Jean-Luc Reitzer. Sûrement pas !

M. Manuel Valls, ministre. Mesdames, messieurs les députés, regardons les choses en face : les avancées démocratiques des trois dernières décennies ont fixé un nouveau cadre. La nation et les collectivités territoriales peuvent désormais avoir des intérêts différents et parfois même contradictoires. Il nous faut sortir de la confusion des genres qui mettent des élus dans une situation complexe et illisible devant leurs électeurs. Et le principe même de la démocratie, c’est la lisibilité de l’action, sans quoi il n’y a pas de responsabilité politique réelle. Nous devons réinventer notre démocratie représentative. Et seule la loi nous donne la force de le faire, pleinement, totalement. C’est ce à quoi le Gouvernement vous invite. (Applaudissements sur les bancs des groupes SRC et GDR.)

M. Claude Goasguen. C’était un discours pour préfets !

M. Manuel Valls, ministre. Quelle vulgarité ! Pourquoi pas un discours pour recteurs ou pour proviseurs de lycée ?

M. le président. La parole est à M. Christophe Borgel, rapporteur de la commission de lois constitutionnelles, de la législation et de l’administration générale de la République.

M. Christophe Borgel, rapporteur de la commission des lois constitutionnelles, de la législation et de l’administration générale de la République. Monsieur le président, monsieur le ministre de l’intérieur, monsieur le président de la commission de lois, mes chers collègues, nous y voilà : depuis le temps que l’on en parle, nous abordons enfin dans cet hémicycle le non-cumul entre un mandat parlementaire et une fonction exécutive locale. C’était un engagement du Président de la République, engagement réaffirmé à cette tribune par le Premier ministre dans son discours de politique générale.

Nous allons avec cette réforme, si notre assemblée décide de l’adopter, mettre fin à une spécificité française qui ne se justifie plus, si tant est qu’elle se soit justifiée un jour.

Je ne suis pas toujours favorable à la volonté de mettre fin aux exceptions qui marquent notre pays. En l’occurrence, je crois que c’est absolument indispensable de mettre fin à celle-ci.

Qu’il existe une spécificité française, la comparaison avec les grandes démocraties le démontre indiscutablement. Comparons la France avec des pays qui ont une législation contraignante comme l’Allemagne,…

M. Jean-Luc Reitzer. Rien à voir, c’est un État fédéral !

M. Christophe Borgel, rapporteur. …l’Espagne, l’Italie, le Portugal, la Belgique ou l’Irlande. Comparons la France avec des pays où la législation en la matière est quasiment absente comme les États-Unis, le Danemark, la Grande-Bretagne, la Suède ou le Canada.

Dans tous ces pays, le cumul est quasiment absent, atteignant au maximum 20 %. Dans notre pays, six parlementaires sur dix exercent en même temps une fonction exécutive locale, huit sur dix exercent un autre mandat. Et cette réalité n’a cessé de progresser dans l’histoire de notre République.

M. Jean-Luc Reitzer. Il y a bien une raison !

M. Christophe Borgel, rapporteur. Sous la IIIe puis la , moins d’un tiers de parlementaires étaient en même temps maires, et moins de la moitié cumulaient avec un autre mandat. La proportion augmentera tout au long de la Ve République et, paradoxe de la décentralisation, c’est au moment même où le pouvoir et les compétences des élus locaux ont été renforcés, où le temps passé à exercer une fonction exécutive locale devenait plus important, que ce cumul avec les fonctions exécutives locales a atteint des sommets.

M. Jean-Luc Reitzer. Il faut savoir travailler, c’est tout !

M. Christophe Borgel, rapporteur. Je n’ai pas voulu aborder le débat de façon simpliste, manichéenne, en opposant, d’une part, des parlementaires qu’il faudrait dénoncer parce qu’ils exerceraient une fonction de député, de sénateur ou de député européen en même temps qu’une fonction exécutive locale – bref, des élus que l’on traiterait de cumulards – à, d’autre part, des parlementaires vertueux qui n’auraient d’ores et déjà comme seul mandat que celui de parlementaire. J’ai au contraire tenté de démontrer qu’il existait en réalité une spécificité française,…

M. Claude Goasguen. Oui : la décentralisation !

M. Christophe Borgel, rapporteur. …présente sur l’ensemble du territoire, et qui de fait s’est imposée petit à petit à l’ensemble d’entre nous.

Mes chers collègues, cette réforme est attendue par l’opinion,…

M. Jean-Luc Reitzer. C’est faux !

M. Christophe Borgel, rapporteur. …l’ensemble des études le montrent.

L’on me rétorquera que les mêmes qui revendiquent dans les sondages le non-cumul,…

M. Jean-Luc Reitzer. …votent pour leur député-maire !

M. Christophe Borgel, rapporteur. …élisent lors des élections leur député-maire.

M. Christian Hutin. Et voilà !

Plusieurs députés du groupe UMP. Exactement !

M. Christophe Borgel, rapporteur. Permettez-moi, mes chers collègues, de vous relater les propos du très regretté Guy Carcassonne lors de son audition :…

M. Philippe Gosselin. Il était un grand constitutionnaliste !

M. Christophe Borgel, rapporteur. …« L’électeur devrait alors soit refuser sa voix au candidat du parti qui a sa préférence, uniquement parce qu’il détient déjà un autre mandat, soit voter pour lui malgré son hostilité au cumul, c’est-à-dire, dans un cas comme dans l’autre, voter contre ses propres convictions. » Et certains d’entre vous appellent cela la liberté de choix pour l’électeur!

Cette réforme est nécessaire parce que, M. le ministre l’a rappelé en présentant ce projet de loi, si les réformes précédentes en 1985 et en 2000 ont permis des progrès en faveur du non-cumul dans les territoires, elles n’ont pas eu d’effet sur le non-cumul des parlementaires.

M. Claude Goasguen. Nous ne sommes pas des notables !

M. Christophe Borgel, rapporteur. Lionel Jospin, lorsqu’il était Premier ministre, s’y était essayé avec une loi qui fut longuement débattue, pendant près de deux ans, dans cette assemblée.

À cet instant de mon propos, je tiens à le remercier pour son engagement, encore récemment, en faveur du non-cumul, lorsqu’il présidait la commission de rénovation et de déontologie de la vie publique ; je remercie également l’ancienne première secrétaire du parti socialiste pour son apport à ce combat.

Cette loi a eu peu d’effets, je le disais, pour les parlementaires.

M. Jean-Luc Reitzer. Vous ne savez pas ce que c’est que d’être maire !

M. Christophe Borgel, rapporteur. Elle a seulement servi à améliorer la situation pour les parlementaires européens mais, dès 2003, une nouvelle majorité est revenue sur cette toute petite avancée.

Votre projet de loi, monsieur le ministre, présente un immense avantage : il est simple et compréhensible par tous.

M. Guy Geoffroy. C’est certain : lorsque la loi entrera en vigueur, chacun comprendra !

M. Christophe Borgel, rapporteur. Demain, lorsque les parlementaires seront élus, ils ne pourront plus exercer simultanément des responsabilités exécutives locales, quel que soit le territoire dans lequel ils sont élus, qu’il s’agisse d’une commune, d’une intercommunalité, d’un département ou d’une région, et quel que soit le type de responsabilité.

M. Nicolas Dhuicq. Mais non !

M. Christophe Borgel, rapporteur. Mes chers collègues, vous avez le droit de vous opposer au texte, mais si nous voulons être compris par nos concitoyens, il faut lui garder son caractère simple.

M. Nicolas Dhuicq. Il faut expliquer aux Français !

M. Christophe Borgel, rapporteur. Le vrai sujet qui est devant nous est de savoir si le projet de loi organique renforce ou affaiblit notre Parlement.

Plusieurs députés du groupe UMP. Elle l’affaiblit !

M. Christian Hutin. C’est un affaiblissement !

M. le président. Mes chers collègues, je vous en prie ! Vous aurez tout le temps d’intervenir dans la discussion. Pour le moment, écoutez l’orateur.

M. Christophe Borgel, rapporteur. Quatre personnalités importantes de la vie intellectuelle de notre pays ont écrit une lettre ouverte au Président de la République pour plaider que cette loi affaiblirait le Parlement. Pour que le Parlement soit fort face à l’exécutif, expliquent-ils, il faut que siègent dans l’hémicycle tant les parlementaires que les patrons des grandes collectivités locales de notre pays. Or cela fait plusieurs législatures que ces patrons des grandes collectivités locales sont assis sur ces bancs.

M. Guy Geoffroy. Nous y voilà !

M. Christophe Borgel, rapporteur. Je n’ai pas vu que cela ait en quoi que ce soit corrigé le déséquilibre existant sous la Ve République entre l’exécutif et le législatif ; je n’ai pas vu que cela ait permis en quoi que ce soit au Parlement d’être mieux entendu ; et pourtant, ils sont sur ces bancs !

M. Daniel Fasquelle. Que dire de Jean-Marc Ayrault, alors ?

M. Christophe Borgel, rapporteur. Nous l’avons démontré avec les chiffres relatifs au non-cumul : ce dont nous avons besoin, c’est de parlementaires à temps plein.

Souvenons-nous de ce qu’écrivait Bernard Roman dans un rapport paru en 1998 : « L’une des objections majeures des opposants à la limitation du cumul des mandats et des fonctions électives repose sur la crainte de couper les parlementaires du terrain. Ce point de vue ignore superbement les contraintes d’agenda qu’impose le cumul entre le mandat de parlementaire et l’exercice de responsabilités locales. Comment prétendre que le cumul favorise le sens des réalités et la proximité avec les citoyens quand, dans la même semaine, le même élu doit présider son conseil municipal, signer les actes de la structure intercommunale qu’il préside, participer aux travaux du conseil régional, tenir sa permanence parlementaire, monter à Paris pour assister aux séances, »…

M. Guy Geoffroy. Pas assister : participer aux séances !

M. Christophe Borgel, rapporteur. …« aux réunions de groupe et de commissions ? » – on pourrait rajouter : conduire des auditions quand de surcroît il est nommé rapporteur. Et Bernard Roman ajoutait : « Le cumul pose en fait autant de problèmes de gestion du temps au parlementaire qu’à l’élu local. »

Chacun le sait, si nos agendas du mardi et du mercredi sont aussi compliqués à bâtir, c’est parce que toutes les réunions se tiennent ces deux jours-là !

M. Marc Dolez. Très bien !

M. Claude Goasguen. Cela ne changera pas !

M. Jean-Luc Reitzer. Il faut savoir s’organiser dans son travail !

M. Christophe Borgel, rapporteur. C’est parce qu’à partir du mercredi soir, nombre de parlementaires retournent dans leur circonscription au lieu de conduire à l’Assemblée nationale le travail pour lequel ils ont été élus au nom de la nation tout entière.

M. Jean-Luc Reitzer. On nous avait promis que cela changerait avec la session unique, et la situation est restée la même !

M. Christophe Borgel, rapporteur. À quoi a-t-il servi de réviser la Constitution en 2008 comme vous l’avez fait pour renforcer les pouvoirs de l’Assemblée nationale, si nous ne nous donnons pas les moyens d’exercer pleinement ces pouvoirs ?

M. Claude Goasguen. Établissez la proportionnelle, alors !

M. Christophe Borgel, rapporteur. Parlementaires au nom de la nation tout entière, nous devons tout à la fois faire la loi, en évaluer les effets, contrôler l’activité du Gouvernement : cela mérite un temps plein !

Cette loi n’épuise naturellement pas la question de l’équilibre entre l’exécutif et le législatif. Il faudra renforcer les moyens des parlementaires, et je vous remercie, monsieur le ministre, de l’avoir souligné.

M. Jean-Luc Reitzer. Cela ne sera jamais fait : on nous en enlève au contraire !

M. Philippe Gosselin. C’est un vieux serpent de mer !

M. Christophe Borgel, rapporteur. Aujourd’hui, si les parlementaires ne se battent pas plus pour cela, c’est parce que nombre d’entre nous, faute d’avoir les moyens en tant que parlementaires, les trouvons dans notre exécutif local ; ce n’est pas admissible ! (Exclamations sur les bancs du groupe UMP.)

Si nous voulons des moyens supplémentaires, si nous estimons qu’ils ne sont pas suffisants, alors il faudra nous battre pour les obtenir ! (Mêmes mouvements.)

M. Jean-Luc Reitzer. Que proposez-vous pour cela ?

M. le président. Chers collègues, nous n’allons pas continuer la séance comme cela ! Vous aurez l’occasion de parler ; vous allez entendre longuement M. Poisson juste après.

M. Philippe Gosselin. Nous l’entendrons avec plaisir !

M. le président. Pour le moment, nous écoutons l’orateur.

M. Christophe Borgel, rapporteur. Pour terminer sur cette réalité du renforcement du Parlement, je voudrais citer deux grands parlementaires qui ont dit, sous des formes différentes, des choses équivalentes à plus d’un siècle de distance.

« Monsieur le Président, le XVIIIe arrondissement de Paris m’ayant fait l’honneur de m’élire député, »…

M. Claude Goasguen. Il s’agit de Clemenceau !

M. Christophe Borgel, rapporteur. …« je me trouve dans l’impossibilité de remplir simultanément mes doubles fonctions de député et de conseiller municipal de Paris. J’ai donc l’honneur de vous adresser ma démission de membre du conseil municipal pour le quartier de Clignancourt. »

Il n’y était nullement obligé par la loi, mais était hostile au cumul. Cette lettre de Georges Clemenceau,…

M. Guy Geoffroy. Ce n’est pas Daniel Vaillant qui aurait fait cela !

M. Christophe Borgel, rapporteur. …adressée au vice-président du conseil municipal de Paris le 24 avril 1876, a été reproduite par Michel Winock, historien français spécialiste de l’histoire de la République.

Plus d’un siècle plus tard, le président de l’Assemblée nationale sous la précédente législature, Bernard Accoyer, déclarait il y a quelques mois sur La Chaîne Parlementaire : « Je suis favorable au maintien du cumul de mandats sans responsabilité exécutive locale, c’est-à-dire conseiller municipal, conseiller général ou régional. Mais une responsabilité exécutive crée une confusion, et nous sommes le seul pays à avoir cela. Je pense que le cumul pose un problème. »

Mme Laurence Dumont. Très bien !

M. Bernard Lesterlin. Quelle lucidité !

M. Christophe Borgel, rapporteur. « Il s’intègre également à une de ces lourdeurs qui paralysent notre pays, parce qu’il y a un conflit d’intérêts entre un élu local qui dispose de responsabilités exécutives et l’élu national. »

M. Claude Goasguen. Il a eu tort de dire cela !

M. Guy Geoffroy. Et qu’en pense M. Alain Rousset ?

M. Christophe Borgel, rapporteur. L’on nous dit, sur les bancs des opposants à cette révolution démocratique, que les élus locaux ont besoin d’être députés pour être entendus à Paris. Avouez qu’avec la décentralisation, ce n’est plus tout à fait vrai.

Je suis député de la Haute-Garonne. Nous sommes cinq députés dans ce département dont la circonscription recouvre une partie de Toulouse ; or Pierre Cohen, le maire de Toulouse, n’a besoin d’aucun d’entre nous pour être entendu à Paris.

M. Guy Geoffroy. Il a perdu le TGV !

M. le président. Monsieur Geoffroy, s’il vous plaît !

M. Christophe Borgel, rapporteur. La France compte près de 37 000 patrons d’exécutifs locaux : vous n’allez tout de même pas défendre que pour être entendus à Paris, ils doivent se disputer les quelque mille postes de parlementaires existant dans le pays ! J’espère que vous nourrissez d’autres ambitions pour permettre aux patrons d’exécutifs locaux d’être mieux entendus par l’administration centrale de notre pays ! On ne peut tout de même pas défendre sérieusement ce type d’arguments sur les bancs de cette assemblée ! (Applaudissements sur les bancs du groupe SRC.)

M. Éric Alauzet. Très bien !

M. Christophe Borgel, rapporteur. Vous brandissez ensuite l’argument des « parlementaires hors sol ». Notre collègue Geoffroy nous a même comparés à des tomates hors sol, en disant que nous aurions aussi peu de saveur !

M. Guy Geoffroy. Absolument !

M. Philippe Gosselin. Il a raison !

M. Christophe Borgel, rapporteur. L’amoureux de la cuisine que je suis a apprécié la comparaison !

M. Philippe Gosselin. Les tomates hors sol n’ont pas de goût !

M. Sébastien Denaja. Surtout, elles ne poussent pas dans le sol !

M. Christophe Borgel, rapporteur. Quelle facilité ! Quelle concession à l’air du temps ! Quelle concession à ce mépris pour la vie politique que de parler ainsi d’apparatchiks des partis !

Qui d’entre nous, sur les bancs de cette assemblée, n’est pas depuis longtemps membre d’un parti politique ?

M. Guy Geoffroy. Nous ne sommes pas des apparatchiks !

M. Christophe Borgel, rapporteur. Qui d’entre nous sur les bancs de cette assemblée veut renoncer au rôle que la Constitution confère aux partis politiques, à savoir concourir à la démocratie et à la vie politique de ce pays ?

Défendons nos arguments, chers collègues, mais ne cédons pas, sur les bancs de cette assemblée, à cet air du temps qui dévalorise la politique et les élus !

M. Jean-Frédéric Poisson. C’est pourtant ce que vous faites !

M. Christophe Borgel, rapporteur. Loin de tout et de tous, dites-vous ? Je ne le crois pas ! Le scrutin par circonscription, auquel je reste largement favorable,…

M. Philippe Gosselin. « Largement », cela signifie quelle dose de proportionnelle ?

M. Christophe Borgel, rapporteur. …associe le député qui représente la nation tout entière à un territoire et oblige à « faire du terrain », comme on dit. Ce qui changera, c’est la manière de le faire : nul besoin d’être maire, président de conseil général ou régional pour être un élu de proximité. Nul besoin de cumuler avec une fonction exécutive locale pour être en contact avec nos concitoyens.

C’est donc la manière de faire qui changera : nous articulerons mieux le travail parlementaire et le dialogue avec les citoyens sur le terrain. Nous articulerons mieux l’élaboration de la loi et la réalité dans nos circonscriptions.

M. Jean-Luc Reitzer. C’est la méthode Coué !

M. Christophe Borgel, rapporteur. La réalité, c’est que ceux qui cumulent ne dialoguent pas la plupart du temps avec nos concitoyens sur l’activité parlementaire puisque, une fois sur le terrain, ils exercent leurs responsabilités locales.

M. Rémi Delatte. Mais non ! Détrompez-vous !

Plusieurs députés du groupe UMP. Scandaleux !

M. Christian Hutin. C’est insultant !

M. Christophe Borgel, rapporteur. Je suis attaché aux députés de terrain ; mais je ne crois pas qu’on ait besoin, pour cela, d’exercer des fonctions exécutives locales.

Enfin, vous nous opposez le statut de l’élu ; avouez que pour parler du cumul entre le mandat de parlementaire et les fonctions exécutives locales, c’est un peu étonnant !

Je comprends qu’il faille un statut de l’élu, et je le défends vivement afin qu’il soit créé pour l’ensemble des élus locaux, dans nos territoires, qui passent du temps dans leur fonction et sacrifient parfois leur vie de famille et leur vie professionnelle, sans protection sociale, sans retraite. Mais ce n’est pas tout à fait le cas des parlementaires, car il me semble que nous bénéficions d’une protection sociale et d’une retraite ! Bien des choses restent à améliorer ; mais prétendre qu’il n’y aurait aucun statut pour les parlementaires me paraît un peu exagéré…

M. René Dosière. Très exagéré !

M. Christophe Borgel, rapporteur. …au regard des difficultés que connaît notre pays.

M. Guy Geoffroy. Ce n’est pas ce que nous avons dit !

M. Christophe Borgel, rapporteur. Nous devrons collectivement défendre le rapport rédigé par MM. Doucet et Gosselin, afin qu’il ne constitue pas un énième rapport parlementaire mais devienne demain une réalité dans la législation de notre pays. Je vous remercie à ce sujet, monsieur le ministre, pour les propos que vous avez tenus en introduction à notre débat à la tribune de cette assemblée.

Quelques mots sur ce que notre commission a fait : elle a conforté, renforcé et précisé le texte. Elle l’a conforté en maintenant son application aux députés comme aux sénateurs : rien ne justifie en effet une différence.

Les sénateurs représentent la nation tout entière, même si la Constitution dispose qu’ils représentent les collectivités territoriales. Ils sont élus par des grands électeurs qui, certes, sont nombreux à être eux-mêmes des élus ; mais ils ne le sont pas tous.

Nombreux sont les sénateurs qui sont eux-mêmes élus, mais pas tous. Je ne vois donc pas d’argument démontrant qu’il aurait fallu faire une différence.

Nous avons conforté l’application de la loi en 2017. Tous les constitutionnalistes qui ont été consultés nous ont indiqué que c’était la date de 2017 qui lui donnait le plus de solidité juridique. Même le professeur Rousseau, qui a défendu très vivement une application dès 2014, a estimé, devant la commission, que le plus sûr consistait quand même à appliquer la loi à partir de 2017.

Nous avons conforté le périmètre de l’article 1er pour que la loi soit simple et que l’on comprenne que la fonction de député, de parlementaire est une fonction à temps plein. Nous l’avons renforcé en allant au bout de ce que l’on peut entendre par fonction exécutive locale, en incluant au périmètre des incompatibilités les présidences et vice-présidences des syndicats mixtes, des syndicats départementaux, des sociétés d’économie mixte, des sociétés publiques locales.

À l’article 3, nous avons limité l’extension des cas de remplacement par le suppléant afin de responsabiliser les candidats. Un amendement de notre collègue Laurence Dumont, adopté en commission, prévoit que c’est le mandat ou la fonction détenu avant la dernière élection qui devra être abandonné. Ainsi, en 2017, les députés-maires qui se représenteraient aux élections législatives ne pourraient plus, s’ils étaient élus, passer la main à leur suppléant dans les semaines qui suivent. Ils seraient obligés de garder leur mandat de député.

Enfin, la commission a adopté un amendement visant à limiter le cumul des mandats dans le temps. Vous connaissez mon point de vue, je n’y suis pas favorable. Nous y reviendrons au cours du débat.

Il y a en ce moment, sur le fronton de notre Assemblée, une banderole sur laquelle on peut lire : « Aimé Césaire, député de la République de 1946 à 1993 ». Je ne suis pas sûr que s’il avait dû cesser d’exercer cette fonction en 1960, au bout de trois mandats, cela aurait apporté quelque chose à la République et à l’Assemblée nationale. (Applaudissements sur plusieurs bancs du groupe SRC.)

Mes chers collègues, cette loi est courte, le nombre d’articles se compte sur les doigts d’une main. Mais on peut être court et dense. Je suis convaincu, comme l’a dit le ministre, qu’il s’agit d’une petite révolution démocratique qui marquera le quinquennat.

Cette loi renforcera l’image et la fonction parlementaire. Elle participe à la rénovation de notre vie politique.

Cette loi est positive pour le Parlement. C’est un vrai changement profond que nous ne devons pas craindre. Elle nous permettra, j’en suis convaincu, de remplir pleinement le rôle qui nous est attribué par l’article 24 de la Constitution et que nous exerçons au nom de la nation tout entière : le Parlement vote la loi, il contrôle l’action du Gouvernement, il évalue les politiques publiques.

Mes chers collègues, je vous invite à suivre notre commission des lois et, comme elle, à adopter ces deux projets de loi. (Applaudissements sur les bancs des groupes SRC, écologiste et GDR.)

Motion de rejet préalable (projet de loi organique)

M. le président. J’ai reçu de M. Christian Jacob et des membres du groupe de l’Union pour un mouvement populaire une motion de rejet préalable déposée en application de l’article 91, alinéa 5, du règlement, sur le projet de loi organique interdisant le cumul de fonctions exécutives locales avec le mandat de député ou de sénateur.

La parole est à M. Jean-Frédéric Poisson.

M. Jean-Frédéric Poisson. Monsieur le président, monsieur le ministre, monsieur le président de la commission des lois, monsieur le rapporteur, mes chers collègues, pour la troisième fois en trente ans, nous sommes saisis d’un projet visant à modifier le statut des parlementaires, tout comme nos prédécesseurs de 1985 et de 2000. En trente ans, nous sommes passés d’une capacité d’exercer sans limite toutes formes de mandats en plus d’un mandat parlementaire, à une situation que nous considérons aujourd’hui comme équilibrée, permettant d’exercer un seul mandat exécutif dans les communes de plus de 3 500 habitants et les autres collectivités territoriales, à l’exception toutefois notable des groupements de communes, point sur lequel nous reviendrons.

Dans le même temps, l’Assemblée nationale et le Sénat ont considérablement modifié les régimes fiscaux, financiers et sociaux applicables aux parlementaires, ce qui était sans doute bienvenu. Je dis « sans doute » parce que je ne suis pas tout à fait certain que ces différentes modifications aient totalement pris en compte la spécificité des mandats parlementaires, non moins que les changements importants de situation personnelle et professionnelle que l’exercice de notre mandat exige.

M. Nicolas Dhuicq. Eh oui !

M. Jean-Frédéric Poisson. Toutes ces modifications engagées depuis trente revêtent deux caractéristiques importantes liées au débat d’aujourd’hui.

La première est que ces régulations progressives, ces limitations, ces clarifications demeurent pour la plupart parfaitement inconnues de nos électeurs comme des citoyens de notre pays.

M. Jean-Luc Reitzer. Très juste !

M. Jean-Frédéric Poisson. La seconde est que ceux d’entre eux qui le savent ne nous en reconnaissent aucune vertu, et trouvent dans la plupart des cas que rien de tout cela n’est vraiment suffisant.

M. Jean-Luc Reitzer. Absolument !

M. Jean-Frédéric Poisson. Si bien que, et c’en est la conséquence, nous œuvrons dans un contexte de défiance généralisée, qui affecte globalement notre Parlement, non pas que notre statut et nos droits ainsi que les possibilités qui nous sont offertes d’exercer des responsabilités soient le principe de cette défiance, mais ces éléments l’alimentent à tout le moins. Ainsi, une fois encore, c’est presque en défense que nous abordons ce nouveau projet de loi interdisant le cumul des mandats.

Je souhaite ici formuler un regret. Notre débat aurait pu être au moins l’occasion de rappeler unanimement que la responsabilité parlementaire est une belle responsabilité,…

M. Jean-Luc Reitzer. Absolument !

M. Jean-Frédéric Poisson. …qu’elle est noble, qu’elle est nécessaire, indispensable au fonctionnement de notre République, et qu’une société qui n’a pas de Parlement n’a sans doute pas beaucoup d’avenir.

M. Nicolas Dhuicq. Très bien !

M. Jean-Frédéric Poisson. Nous aurions certainement pu nous retrouver unanimement autour d’un tel message, quelles qu’eussent été par ailleurs nos divergences politiques, institutionnelles, ou électorales.

M. Philippe Gosselin. Cela n’a jamais été leur souhait !

M. Jean-Frédéric Poisson. Malheureusement, les termes employés dans la présentation de ce débat, ainsi que le calendrier législatif proposé par la majorité et le Gouvernement depuis le début de ce mandat nous en ont largement empêchés.

M. Nicolas Dhuicq. Eh oui !

M. Rémi Delatte. C’est de l’antiparlementarisme !

M. Jean-Frédéric Poisson. En portant d’emblée le sujet de l’ancrage local des parlementaires sur le terrain de la « moralisation de la vie publique », le titre même de la mission et du rapport de l’ancien Premier ministre Lionel Jospin avait déjà pipé les dés. Suggérant que tout parlementaire exerçant des responsabilités exécutives locales était en principe sujet d’immoralité, et donc devant faire l’objet d’une moralisation de sa situation, on jetait en fait le soupçon sur une très grande majorité d’entre nous…

M. Jean-Luc Reitzer. Très juste !

M. René Dosière. Il n’a jamais écrit cela !

M. Jean-Frédéric Poisson. …et on le faisait de manière parfaitement disproportionnée et injuste, dans une double direction : réputés quasi systématiquement coupables de conflit d’intérêts, et incapables de faire prévaloir les intérêts nationaux sur l’intérêt local, les parlementaires devraient rendre gorge, sans autre forme de procès.

M. René Dosière. Ça, c’est plus exact !

M. Jean-Frédéric Poisson. Nos récents débats sur la pseudo-transparence de la vie publique, encore très concentrée sur le Parlement, n’ont rien arrangé à ce climat. Et il y a fort à parier que ce texte, dont l’une des ambitions consiste à rassurer les citoyens français sur l’intégrité de leurs parlementaires, n’atteindra pas son objectif. Il n’est, sous ce rapport, qu’un tour supplémentaire de cette infernale vis sans fin du ressentiment à l’égard des responsables politiques qui ne tient aucun compte ni de l’essence de notre mission, ni de ses innombrables contraintes, ni des sacrifices personnels importants que nombre d’entre nous consentent pour l’accomplir, ni de la réalité – je dis la réalité, pas le fantasme – des moyens qui nous sont donnés pour l’accomplir.

M. Nicolas Dhuicq et M. Jean-Luc Reitzer. Très juste !

M. Jean-Frédéric Poisson. Non, monsieur le ministre, ce projet de loi ne changera rien à la perception par l’opinion publique des raisons pour lesquelles il existe une Assemblée nationale, un Sénat, un Parlement européen, ni à la compréhension de leur fonctionnement.

M. Jean-Luc Reitzer. Tout à fait !

M. Jean-Frédéric Poisson. C’est la première raison de l’inutilité de votre projet de loi.

Vous nous répétez par ailleurs, avec la majorité de notre Assemblée à l’unisson, que c’est là l’un des engagements de campagne du Président de la République, et qu’à ce titre il doit être respecté quoi qu’il en coûte.

M. Philippe Gosselin. La belle affaire !

M. Jean-Frédéric Poisson. Ma première observation consistera à remarquer d’abord que vous consacrez ce faisant deux catégories d’engagements du Chef de l’État : ceux qui sont suivis coûte que coûte, et ceux qui ne le seront pas pour des raisons d’ailleurs encore obscures

M. Rémi Delatte. Absolument !

M. Jean-Frédéric Poisson. Dans cette seconde catégorie, je jette pêle-mêle l’immense majorité de vos engagements fiscaux et économiques – sur les impôts, sur la TVA, sur la réduction des déficits publics. J’ajoute les éléments fondateurs d’une République prétendument apaisée et impartiale, dans un contexte de tension exacerbée et après les nominations ayant conduit la promotion Voltaire de l’ENA à occuper un nombre inouï de responsabilités au sein de l’État. (Applaudissements sur plusieurs bancs du groupe UMP.)

Je termine par les réformes institutionnelles pourtant promises à référendum ou à Congrès, portant sur le Conseil supérieur de la magistrature, le statut pénal du Chef de l’État, la constitutionnalisation du dialogue social, ou encore le droit de vote des étrangers. Rien de tout cela n’a l’air devoir être tenu aujourd’hui.

M. Philippe Gosselin. C’est mal parti !

M. Jean-Frédéric Poisson. Pour autant, la profusion des textes institutionnels ne manque pas d’interroger notre groupe. Pas moins d’une demi-douzaine de textes ont occupé notre assemblée depuis le mois de juin dernier, de sorte qu’à défaut de répondre aux attentes des Français, vous êtes en train de bouleverser en profondeur l’esprit de nos institutions. C’est la raison pour laquelle, en plus d’être inutile, votre texte est incertain.

Vous voulez donc, dans ce projet de loi, interdire aux parlementaires l’exercice de toute fonction exécutive locale, sans aucune exception qui serait liée à la taille des collectivités. Vous avez accepté les amendements déposés en commission par les membres de votre majorité, visant à interdire purement et simplement toute responsabilité exécutive dans quelque établissement public que ce soit. Vous souhaitez que ces dispositions prennent leur effet à l’occasion du premier renouvellement des assemblées parlementaires à compter du 31 mars 2017, c’est-à-dire en juin et en septembre de la même année pour l’Assemblée nationale et le Sénat – dans l’hypothèse où l’Assemblée nationale ne serait pas dissoute dans l’intervalle – et en juin 2019 pour le Parlement européen.

Enfin, vous prévoyiez que, dans l’hypothèse où des parlementaires seraient en situation de cumul avec un mandat de maire au terme du scrutin législatif de juin 2017, leur suppléant les remplace définitivement au sein de l’assemblée parlementaire concernée. Mais cette mesure a fait l’objet d’une modification en commission.

Ce projet, qui rompt avec l’ancrage territorial des parlementaires, doit être inscrit dans un ensemble plus vaste constitué des différents textes institutionnels que vous avez proposés au Parlement depuis un an. Vous avez, dans un premier temps, fait disparaître le conseiller territorial, qui avait pour avantage d’ancrer dans le territoire des élus dont aujourd’hui les missions et l’action sont mal connues de nos concitoyens. Je parle des conseillers généraux et régionaux. Vous avez inventé le binôme électoral…

M. Nicolas Dhuicq. Hélas !

M. Jean-Frédéric Poisson. …pour désigner les membres des assemblées départementales, dans des cantons deux fois plus étendus que les cantons actuels, et avec une conséquence néfaste sur la représentativité équilibrée de nos territoires et l’ancrage de ces élus départementaux.

M. Nicolas Dhuicq. C’est la mort de la ruralité !

M. Jean-Frédéric Poisson. Vous avez fait adopter par l’Assemblée nationale un texte sur la transparence de la vie publique, ou réputé tel, en fait uniquement destiné à priver les parlementaires et 7 000 autres grands élus de notre territoire de la capacité à exercer une activité professionnelle en plus de leur mandat.

M. Philippe Gosselin. La loi Cahuzac, peut-être !

M. Jean-Frédéric Poisson. Nous étudions en commission des lois, dans des conditions de travail d’ailleurs dénoncées par le président de la commission des lois lui-même, l’invention d’une métropole qui mettra en danger l’existence même des communes comprises en leur sein, et sans doute à terme celle des départements qui les incluent.

Demain, viendra, à vous entendre, l’introduction d’une dose de proportionnelle dans l’élection législative, après une réforme du collège électoral du Sénat dont la seule fin est de vous y ménager autant que possible une majorité par ailleurs aujourd’hui plus que fragile.

À l’évidence, votre projet de loi sur l’interdiction d’un ancrage territorial doit se lire de manière liée avec ces différents textes. Pour en justifier le bien-fondé, vous faites valoir un certain nombre d’arguments dont la solidité est pourtant douteuse.

Premièrement, il paraîtrait que les Français attendent impatiemment cette réforme.

M. Jean-Luc Reitzer. Tu parles !

M. Jean-Frédéric Poisson. Je ne vois, en ce qui me concerne, aucun signe d’impatience sur ce sujet, mais j’en vois beaucoup sur d’autres.

M. Jean-Luc Reitzer. Absolument !

M. Jean-Frédéric Poisson. À vrai dire, cet argument est une fable. L’attente des Français à l’égard de leurs élus consiste dans le fait qu’ils traitent et règlent leurs problèmes quotidiens, qu’ils le fassent honnêtement et dans un contexte de respect mutuel à l’égard de leurs adversaires. Si nous arrivions à faire ainsi, je crois qu’ils en seraient largement satisfaits. (Applaudissements sur les bancs du groupe UMP.)

(M. Marc Le Fur remplace M. Claude Bartolone au fauteuil de la présidence.)

Présidence de M. Marc Le Fur, vice-président

M. Jean-Frédéric Poisson. Il paraîtrait par ailleurs que les parlementaires qui n’exerceraient pas d’autre mandat travailleraient davantage et mieux que les autres.

M. Jean-Luc Reitzer. C’est faux !

M. Jean-Frédéric Poisson. Aucune étude ne le démontre, et, même, la dernière, et à ma connaissance la seule, qui traite de cette question démontre au contraire que cette corrélation n’existe pas. Je suppose que mon collègue Daniel Fasquelle y reviendra en détail tout à l’heure. En tout cas, je lui laisse le soin de le faire.

Troisièmement, Il paraîtrait que des parlementaires entièrement dédiés à leur mandat législatif seraient enfin disponibles pour travailler au Parlement. Mais je ne vois aucune indication selon laquelle les futurs parlementaires « exclusifs » seraient dispensés des contacts avec leurs électeurs dans leur circonscription, et qu’ils ne seraient pas sollicités par ces derniers tout autant qu’aujourd’hui. Si jamais il fallait adapter le calendrier du travail de notre Assemblée du lundi après-midi au jeudi soir, chacun pourrait parfaitement s’en accommoder, pourvu que cela ne soit pas fait dans l’urgence et la précipitation.

M. Nicolas Dhuicq. Absolument !

M. Jean-Frédéric Poisson. Quatrièmement, il paraîtrait que ce texte opérera un renouvellement très attendu du personnel politique. En réalité, les presque 1 000 membres des trois assemblées parlementaires de notre pays ne représentent qu’un peu moins de deux pour mille de tous les élus dans notre pays. En matière de renouvellement, vous m’accorderez qu’on pourrait imaginer plus rapide et plus massif !

Il paraît que la France est, sous ce rapport, une insupportable exception. (« Eh oui ! » sur les bancs du groupe SRC.)

M. Jean-Luc Reitzer. C’est faux !

M. Jean-Frédéric Poisson. Comment peut-on comparer notre vieux pays, fort de quinze cents ans de vie politique et dont le régime est tout sauf fédéral, et pas encore complètement décentralisé, à des républiques ou à des royaumes qui au contraire sont organisés de manière parfaitement décentralisée ou fédérale ?

Il apparaîtrait enfin que ce texte furieusement moderne, impatiemment attendu par tous, d’une redoutable efficacité, ne doive entrer en application qu’en 2017 ou en 2019, selon les cas. On se demande pourquoi un tel bijou législatif devrait être offert si tard à son destinataire, le peuple français. (Sourires et applaudissements sur les bancs du groupe UMP.) Il est vrai que dans l’attente, on pourra toujours le contempler, monsieur le ministre, dans la vitrine !

Je ne doute pas que vous connaissiez les limites de votre propre argumentation. J’en déduis que vos intentions sont ailleurs et je voudrais dire ce que nous en percevons. Vos intentions se trouvent sans doute dans ce que sera immanquablement le résultat de toutes ces dispositions, qui peuvent tenir en une phrase : l’affaiblissement…

M. Philippe Baumel. Du cumul !

M. Jean-Frédéric Poisson. …de l’autorité politique des élus, locaux comme nationaux, au profit d’un ticket constitué des partis politiques et de la technostructure, plus facilement maîtrisables et par hypothèse moins rétifs aux sollicitations du pouvoir exécutif central. (Applaudissements sur les bancs du groupe UMP.)

M. René Dosière. Caricature !

M. Jean-Luc Reitzer. C’est pourtant juste !

M. Jean-Frédéric Poisson. Ainsi, vous proposez au Parlement un authentique changement de constitution, sans en avoir le mandat et sans solliciter pour cela les voies institutionnelles normales. Ce changement ne consiste d’ailleurs pas à passer de la Ve à la VIe République, ce qui avec le quinquennat pourrait se concevoir, mais à revenir de la Ve à la IVe, plus la technostructure, mouvement de progrès qui n’échappe à personne…

En effet, nous avons la conviction qu’en changeant la nature même des responsabilités politiques, comme vous le faites globalement, vous modifiez en réalité l’équilibre fondamental de nos institutions. Dans l’esprit de celles-ci, l’équilibre entre les pouvoirs passe par un ancrage territorial solide des législateurs, seul moyen de pouvoir résister à la force du pouvoir exécutif – nécessité au reste passablement renforcée par l’adoption du quinquennat. Les électeurs comprennent d’ailleurs très bien cette complémentarité, eux qui réélisent souvent et volontiers député leur maire, et maire leur député ou sénateur !

C’est pourquoi, monsieur le ministre, votre texte est incertain : du moins, à défaut de l’être dans ses intentions, il l’est dans ses conséquences, pour la cohésion de notre territoire national tout comme pour la diversité de nos assemblées parlementaires. J’ajoute comme une dernière conséquence celle qui résulte de l’opération de camouflage à laquelle vous vous livrez en ce qui concerne les élus locaux. J’interrogeais l’autre jour en commission notre rapporteur, lui disant ma surprise. Selon ce texte, les parlementaires deviendraient, au jour même de leur élection, incapables de faire plusieurs choses à la fois : comme la date de péremption d’une boîte de conserve, celle de leur élection les rendrait, du jour au lendemain, incapables, à la différence de tous les autres élus de ce pays, d’exercer plusieurs responsabilités en même temps ! Et je demandais au rapporteur quelle pouvait être la malédiction qui accompagnait si soudainement l’onction du suffrage universel. La réponse fusa comme une sorte d’évidence : bien entendu, nous a-t-on répondu, les élus locaux seront dans un bref avenir soumis au même régime d’incompatibilités. Et ils seront également privés du droit de diriger des établissements publics, comme de la possibilité de siéger dans les exécutifs territoriaux – y compris, d’ailleurs, ceux des intercommunalités dont leur commune sera membre. (Interruptions sur les bancs du groupe SRC.)

Je remercie M. le rapporteur de sa franchise. Elle nous donne l’occasion de dire aux élus locaux que ce texte n’est qu’un début, qu’ils passeront à bref délai dans la même moulinette et que demain, le maire ne pourra plus présider le conseil de surveillance de son hôpital. Sa société publique d’aménagement, dont il garantit pourtant les emprunts, échappera comme sa société de HLM à son contrôle. Vous voulez y voir un progrès, je n’arrive pas à y trouver autre chose qu’un affaiblissement du pouvoir local.

M. Bernard Debré. Une régression !

M. Jean-Frédéric Poisson. Votre texte est également incertain sur le plan constitutionnel. En effet, les dispositions contenues dans l’actuel article 3 de la loi organique précisent les modalités selon lesquelles les parlementaires en situation de cumul au terme de la future loi et souhaitant renoncer à leur mandat pourraient se faire remplacer par leur suppléant à l’Assemblée nationale ou au Sénat. Mes chers collègues, cela pose un problème car, à l’évidence, lorsque les mandats arriveront à échéance, il faudra bien être en situation de choix, et je doute que le Sénat maintienne en l’état les dispositions prises par notre commission.

Je veux rappeler ici qu’à l’occasion de la réforme constitutionnelle de 2008, le Conseil constitutionnel a statué sur les effets de l’article 25 de la Constitution et sur les modalités de remplacement des parlementaires titulaires par leur suppléant. Le Conseil constitutionnel avait à l’époque formulé une doctrine très précise dans sa décision du 8 janvier 2009 numérotée 2058-572. Voici ce que dit cette décision : « Si le parlementaire qui a accepté des fonctions gouvernementales renonce à reprendre l’exercice de son mandat avant l’expiration d’un délai d’un mois suivant la cessation de ces fonctions, son remplacement devient définitif. » C’était le sens de la loi organique soumise au Conseil. Mais, nous dit celui-ci, « considérant qu’en autorisant ainsi le député ou le sénateur ayant accepté des fonctions gouvernementales à conférer un caractère définitif à son remplacement, ces dispositions ont méconnu le deuxième alinéa de l’article 25 de la Constitution qui ne prévoit, dans ce cas, qu’un remplacement temporaire ». À ce titre, le Conseil avait censuré les articles de la loi organique.

Évidemment, la situation des maires démissionnant de leur mandat parlementaire pour continuer à siéger dans leur mairie n’est pas traitée, ni par l’article 25 de la Constitution, ni par la loi organique, ni par la décision du Conseil constitutionnel. Chacun en comprendra aisément les raisons. Cela étant dit, ce qui est traité, et même de manière très précise, c’est le principe même du remplacement des parlementaires par leur suppléant. Et à ce titre, il apparaît à l’évidence, aux termes de la Constitution, qu’il est très difficile d’envisager qu’un suppléant puisse remplacer le député ou le sénateur titulaire à titre définitif, dans les autres cas que les deux situations actuellement prévues par notre droit : le décès ou la prolongation d’une mission parlementaire. Ainsi, le Conseil constitutionnel rappelait en 2009 que la faculté pour un titulaire de se faire remplacer par son suppléant est d’abord et davantage ouverte à la République et au fonctionnement institutionnel qu’aux personnes concernées elles-mêmes. Sans le dire tout à fait, le Conseil constitutionnel rappelle que la mécanique des entrées et sorties du Gouvernement ou d’autres fonctions incompatibles avec un mandat parlementaire ne peut obéir aux modalités de l’arrangement, ni à des motifs purement personnels. Au point que, aux termes mêmes de la décision du Conseil, la Constitution ne permet pas aux parlementaires devenus ministres de renoncer purement et simplement à leur mandat de parlementaire, une fois sortis du Gouvernement, pour laisser siéger à titre définitif leur suppléant. On ne peut mieux dire que le respect absolu du suffrage universel qui désigne les représentants de la souveraineté nationale au Parlement doit l’emporter sans cesse sur toute volonté de l’instrumentaliser.

À ce titre, votre texte nous paraît gravement entaché d’une difficulté constitutionnelle de principe. Dans sa lettre, il est clairement contraire aux éléments de jurisprudence du Conseil constitutionnel, au sens où il valide la possibilité d’un remplacement définitif d’un titulaire par son suppléant. Dans son esprit, cet article relève à l’évidence d’une volonté d’arranger les affaires locales en voulant à tout prix s’éviter l’inconfort d’élections législatives partielles en rafale, avec tous les risques qu’un tel exercice peut comporter. Nous pouvons parfaitement comprendre votre volonté électoraliste de confort, mais nous ne pouvons pas en accepter la portée institutionnelle. C’est la raison pour laquelle il nous paraît souhaitable que le Conseil constitutionnel, le moment venu, se prononce sur cet aspect de votre projet de loi.

Dans ce contexte, nous avons souhaité proposer à notre Assemblée une solution respectant tout à la fois le nécessaire ancrage territorial des parlementaires et l’évolution récente de notre droit. La proposition de notre groupe prend en compte plusieurs éléments de principe.

Premièrement, nous avons la conviction que la possibilité pour un parlementaire d’exercer une responsabilité exécutive est bénéfique tant pour la nation que pour le territoire et que cette possibilité garantit en même temps la diversité nécessaire au bon fonctionnement de nos institutions.

M. Jean-Luc Reitzer. Très bien !

M. Jean-Frédéric Poisson. Se priver de cette chance serait une faute et nous ne pouvons l’accepter. Je profite de cette occasion pour dire, au nom de notre groupe, que dans notre esprit il ne saurait exister deux catégories de parlementaires : ceux qui seraient enracinés quelque part et qui seraient légitimes, et les autres qui seraient illégitimes.

M. Jean-Luc Reitzer. Très juste !

M. Jean-Frédéric Poisson. En revanche, il existe à l’évidence une différence de culture, d’appréhension des problèmes, d’habitude de leur règlement concret, qui distingue ceux qui ont l’expérience d’un exécutif local de ceux qui ne l’ont pas, pas encore, ou qui ne souhaitent pas l’avoir. Et ces choix sont parfaitement respectables.

« L’ennui naquit un jour de l’uniformité », disait le célèbre Antoine Houdar de La Motte, dans une fable intitulée Les amis trop d’accord. On ne peut pas vraiment dire que ce titre reflète tout à fait à l’état de votre majorité, monsieur le ministre ! Cela étant dit, cette diversité à laquelle je viens de faire référence est une force pour le Parlement. Elle ne crée pas deux catégories de personnes, elle garantit que siègent dans cette Assemblée des personnes issues d’univers, de cultures qui ne sont pas les mêmes. Vous qui faites d’habitude l’apologie de la diversité, de toutes les diversités, pourquoi vouloir une telle uniformisation ?(Applaudissements sur les bancs du groupe UMP.)

Deuxièmement, nous pensons qu’en toutes ces matières, le choix définitif doit revenir aux électeurs, seuls détenteurs de la souveraineté nationale et seuls vrais juges de l’efficacité de leurs élus, quel que soit le mandat.

M. Jean-Luc Reitzer. Exactement.

M. Jean-Frédéric Poisson. Nous ne comprenons pas pourquoi vous semblez à ce point craindre l’expression du suffrage universel et que vous vouliez le canaliser sans cesse.

Mme Julie Sommaruga. C’est vous qui n’aimez pas la démocratie !

M. Jean-Frédéric Poisson. Troisièmement, il nous semble qu’en autorisant un mandat local à un membre du parlement national ou du Parlement européen, la loi actuelle est équilibrée et qu’à tout prendre, il n’est pas nécessaire de la changer.

Cela étant, il faut tenir compte des évolutions récentes de notre code électoral et du code général des collectivités territoriales qui ont organisé la désignation des membres des conseils communautaires au suffrage universel. Dans ce nouveau contexte, cette disposition semble justifier que les mandats exécutifs des groupements de communes soient désormais traités au même titre que les mandats exécutifs dans les autres collectivités, donc que nous incorporions les mandats exécutifs intercommunaux dans la liste qui déclenche le compte des mandats cumulables. C’est le sens de l’amendement que nous avons déposé à l’article 1er.

Le débat qui s’ouvre – vous l’avez dit tout à l’heure, monsieur le ministre, et c’est un des rares points sur lesquels je suis d’accord avec vous – n’est pas un débat de régulation de notre vie politique, ni un débat de pure forme. C’est à l’évidence un débat de fond, qui bouleverse notre ordre institutionnel. C’est dans une large mesure la clé de voûte d’un dispositif par lequel vous vous apprêtez, sans le dire, à affaiblir la représentation nationale et l’ensemble des autorités politiques dans notre pays.

M. René Dosière. Mais non !

M. Jean-Frédéric Poisson. Par ailleurs, en demeurant dans une totale ambiguïté en ce qui concerne les élus locaux, en demeurant muet sur les moyens alloués « dans le futur Parlement » comme disait le rapporteur, vous ratez la marche.

Nous avons dit les limites de votre projet, l’inopportunité de légiférer, sauf sur un point, et la critique constitutionnelle. Vous comprendrez qu’au nom de toutes ces raisons, je demande à l’Assemblée nationale de voter cette motion de rejet préalable. (Applaudissements sur les bancs du groupe UMP.)

M. René Dosière. Cumulatio delenda !

M. le président. La parole est à M. le rapporteur.

M. Christophe Borgel, rapporteur. Quand on plante ainsi le décor, quand on dit que nous en appelons à la morale et quand on fait référence à l’intitulé d’une mission qui est cité plusieurs fois dans mon rapport, il vaut mieux ne pas se tromper. Non seulement l’intitulé de la mission n’invoque pas la morale, mais les seules fois où le mot « morale » est cité dans le rapport, c’est au sujet des « personnes morales ». À aucun moment, nous n’avons posé le débat sous cet angle. Même s’il n’est pas inconvenant de faire de temps à autre appel à la morale, nous avons préféré l’angle de la rénovation de la vie politique.

J’ai bien compris par ailleurs votre désaccord, mais encore vaut-il mieux assumer un désaccord que d’essayer de trouver un plan caché. Déjà, dans un débat précédent, relatif à la réforme électorale, le plan caché était selon vous de mettre fin à la ruralité.

Je vous rassure, mes chers collègues : il restera des campagnes électorales à mener. Aujourd’hui, notre plan caché, selon vous, ce serait de supprimer le scrutin de circonscription, puis – vous l’avez évoqué en vous référant à un propos que j’aurais tenu en commission – de supprimer toute possibilité pour un maire d’exercer d’autres responsabilités que sa fonction de maire. Nous avons eu une discussion sur le cumul entre celle-ci et la présidence d’une intercommunalité. Il me semble même avoir dit que, si l’on devait réfléchir à une éventuelle évolution du principe de non-cumul sur le plan local, je n’étais pas favorable pour autant à l’inscription d’une telle incompatibilité dans le droit, tant le cumul des deux fonctions paraît une nécessité absolue au stade actuel de développement des intercommunalités.

Ne cherchez donc ni dans un plan caché, ni dans un fantasme sur le sort que nous réserverions au maire, des arguments pour combattre – ce qui est votre droit – cette avancée démocratique que nous souhaitons.

M. Jean-Luc Reitzer. Parler d’avancée démocratique est un a priori !

M. Christophe Borgel, rapporteur. Vous avez le droit, j’y insiste, de défendre le statu quo, mais celui-ci ne nous semble plus correspondre aux évolutions démocratiques qu’appelle notre pays et qu’attendent nos concitoyens.

M. Christian Jacob. Au nom de quoi l’affirmez-vous ? Quelle est votre argumentation ?

M. Christophe Borgel, rapporteur. Mes arguments, cher collègue, je les ai longuement exposés à la tribune : nous croyons à cette évolution démocratique que vous avez le droit de combattre. Mais n’allez pas chercher un plan caché ni donner crédit à un fantasme !

S’agissant enfin de notre supposée vision électorale de confort, vous avez longuement développé un argument qu’on pourrait trouver compréhensible si le texte devait être applicable dès 2014 ; or il est prévu qu’il entre en vigueur en 2017. Nul n’est donc besoin d’invoquer la nécessité d’éviter je ne sais quelles partielles.

De surcroît, en vertu du principe énoncé à l’article 25 de la Constitution, le remplacement des parlementaires en cas de vacance est définitif, à l’exception de celui des parlementaires nommés au Gouvernement, remplacement qui, lui, reste temporaire. Le projet de loi organique ne change rien à cela : quand il y aura un remplacement, il sera définitif. Le dispositif actuel de remplacement d’un parlementaire par son suppléant, en cas de décès, prévoit déjà des situations d’incompatibilité, notamment avec la fonction de défenseur des droits, de ministre, de chargé d’une mission au service du Gouvernement. C’est dans cet esprit que s’inscrit l’article 3 et, donc, vos arguments tombent. (Applaudissements sur plusieurs bancs du groupe SRC. – Exclamations sur les bancs du groupe UMP.)

M. Philippe Gosselin. Les vôtres sont un peu courts, et même très courts !

M. le président. La parole est à M. le ministre.

M. Manuel Valls, ministre. Quatre motions de procédure vont être défendues, naturellement aussi respectables les unes que les autres, et qui seront suivies de la discussion générale ; nous aurons donc l’occasion de revenir sur les questions soulevées. Au cours de la préparation du texte, enrichi, je l’ai dit, par la commission des lois, nous avons eu l’occasion, monsieur Poisson, de vous répondre – et le rapporteur vient de le faire à nouveau – tant sur le remplacement – élément tout à fait important – que sur la date d’application du texte, aussi précis que souple en ce qu’il permet cette transition nécessaire, la brutalité étant mauvaise conseillère en l’espèce.

La décision d’appliquer le texte en 2017 s’appuie précisément sur la Constitution elle-même pour éviter les « mini-dissolutions » et les partielles à répétition. Ce n’est pas une question de confort.

M. Christian Jacob. Vous voulez éviter au PS de continuer à perdre les législatives partielles !

M. Manuel Valls, ministre. Monsieur Jacob, nous ne faisons pas la loi pour les uns ou pour les autres. Vous avez été dans la majorité et vous savez ce qu’il en est. Le texte repose sur des principes que nous sommes allés chercher dans la Constitution.

Nous mettons en œuvre, et ce ne peut être une surprise pour vous, un engagement du Président de la République. D’ailleurs, le rapporteur – c’était une intrusion dans le débat interne à notre formation – a rappelé qu’il s’agissait aussi d’une revendication de nos militants – or, vous consultez vous aussi les vôtres, désormais. (Rires sur les bancs du groupe SRC.) Les militants du parti socialiste ont soutenu très largement un engagement attendu. Aucun d’entre nous, ni le rapporteur ni moi-même, n’a dit que le non-cumul allait régler les problèmes de confiance entre citoyens et élus. Mais nous savons qu’il s’agit d’un engagement important, qu’il nous faut tenir pour les raisons évoquées.

L’un d’entre-vous – toujours le même, d’ailleurs, que l’on entend beaucoup – évoque la constance. Or vous tenez les mêmes discours – je les ai relus – qu’en 1985, les mêmes discours qu’en 2000. Mais, entre 2002 et 2012, vous n’êtes pas revenus sur ces dispositions, et je vous le dis, mesdames et messieurs de l’opposition, si un jour vous revenez aux responsabilités gouvernementales, vous ne reviendrez pas sur le non-cumul des mandats que nous sommes en train de proposer. (Applaudissements sur les bancs des groupes SRC et écologiste.)

M. Jean Glavany. Évidemment !

M. Manuel Valls, ministre. Pourquoi ? Vous le savez bien : parce que les électeurs savent que c’est une avancée considérable que nous sommes en train de proposer. (« C’est faux ! » sur de nombreux bancs du groupe UMP.) Nous traduisons un changement.

Le député Poisson, non sans talent, n’a parlé que du point de vue des députés, tout comme, demain, les sénateurs parleront du point de vue des sénateurs. Mais le débat concerne également les élus locaux. Le rapporteur rappelait que, si l’on compte un millier de parlementaires, plusieurs milliers d’élus sont concernés par des questions comme celle du statut de l’élu : comment concilier sa vie professionnelle un engagement difficile à la tête d’une commune ? Car vous n’allez pas faire de ces 36 000 maires des maires-députés ou des maires-sénateurs !

M. Patrice Verchère. Cela n’a rien à voir !

M. Manuel Valls, ministre. Aucun d’entre eux n’est coupé de la réalité !

M. Jean-Luc Reitzer. Ils vont continuer à cumuler, alors ?

M. Manuel Valls, ministre. J’ai examiné la liste, bien plus longue, des villes dont le premier magistrat n’est pas un parlementaire. Ces maires ne se font-ils donc pas entendre des pouvoirs publics ou du Gouvernement ? Quelle est donc cette conception des choses, alors que vous-mêmes, bien tard et après avoir voté contre, en êtes venus à cette belle idée de décentralisation ? Vous-mêmes ne croyez plus qu’il faille à tout prix passer par les ministères et par le parlementaire concerné.

M. Christian Jacob. Alors, pourquoi avez-vous voulu rester à Évry ?

M. Manuel Valls, ministre. Des maires de Paris, de Lille, de Toulouse, de Bordeaux, de Reims, de Rouen, de Rennes, de Brest, du Mans, de Mulhouse, de Valence, de Montpellier, de Saint-Denis de La Réunion, de Charleville-Mézières, de Nantes,…

M. Patrice Verchère. Pour Nantes, c’est récent !

M. Manuel Valls, ministre. …d’Angers, de Villeurbanne, de Saint-Denis, d’Amiens, de Clermont-Ferrand, de Metz, de Besançon, de Montreuil et d’Aurillac, aucun n’est député ni sénateur. (Applaudissements sur les bancs des groupes SRC et écologiste. – Exclamations continues sur les bancs du groupe UMP.) Ils se font pourtant entendre, et défendent leur territoire. Et vous venez nous expliquer qu’ils ne seraient pas capables de défendre leurs dossiers. Christophe Borgel vient de le rappeler : après plusieurs années, le maire de Toulouse a fait le choix de ne plus cumuler. Pouvez-vous prétendre qu’il ne défend pas sa ville ? Non, bien sûr !

Votre conception du sujet est ringarde, elle ne tient pas compte de l’évolution du pays. (Vifs applaudissements sur les bancs des groupes SRC, écologiste et GDR.)

M. le président. Nous en venons aux explications de vote. Je vous rappelle que chaque orateur dispose de deux minutes.

La parole est à M. Marc Dolez, pour le groupe de la Gauche démocrate et républicaine.

M. Marc Dolez. Notre collègue Poisson, au début de son propos, a évoqué le contexte de défiance généralisée qui caractérise la crise de la représentation politique. Si nous partageons ce constat, nous n’en tirons évidemment pas les mêmes conclusions, et jugeons au contraire urgent d’adopter des mesures qui permettent de retisser le lien de confiance entre les citoyens et leurs élus. Or les textes qui nous sont soumis sont de nature à y contribuer, même si, nécessaires, ils ne sont pas suffisants.

Contrairement à ce qu’a affirmé notre collègue, c’est en ce sens que ces textes sont utiles. Ils sont équilibrés et à même d’adresser un message fort à nos concitoyens quant à notre volonté de rénover profondément la vie politique.

Je terminerai par le dernier argument utilisé par M. Poisson, pour le contredire. Ces textes ne signent pas un affaiblissement de la représentation nationale, bien au contraire, puisque demain, s’ils étaient adoptés, nous aurions un Parlement composé de parlementaires pouvant se consacrer pleinement aux prérogatives que leur confère la Constitution. C’est pourquoi nous ne voterons pas la motion de rejet préalable. (Applaudissements sur les bancs du groupe SRC.)

M. Christian Jacob. Mais regardez donc : les cumulards sont en ce moment les plus présents dans l’hémicycle !

M. le président. La parole est à M. Matthias Fekl, pour le groupe socialiste, républicain et citoyen.

M. Matthias Fekl. J’ai écouté attentivement, comme toujours, notre collègue Poisson, et je souhaite répondre au plus grand nombre possible d’arguments qu’il a développés. D’abord, à mon tour, je considère que le projet de loi et le projet de loi organique ne répondent pas seulement à un problème moral, mais à un problème institutionnel, politique, à la nécessité de refonder, de faire respirer notre démocratie dont chacun ici peut constater qu’elle est en crise. Cette crise de confiance doit trouver des réponses. Le non-cumul en est une. Il est fortement attendu par nos concitoyens.

Il s’agit également d’exemplarité : alors que nous demandons chaque jour de nombreux efforts aux Français, nous ne pouvons pas faire comme si nous étions dans une bulle où nous nous en dispenserions. Cela aussi doit être entendu dans nos rangs et au-delà.

M. Guy Geoffroy. Cela n’a aucun sens !

M. Matthias Fekl. Il s’agit ensuite d’un problème d’efficacité : nous savons bien que cumuler les mandats amène nécessairement, en tout cas souvent, à ne plus voir les sujets qu’à travers le prisme d’un niveau de collectivité dont nous devenons de fait le représentant, alors que nous devons être les représentants de l’intérêt général national. (Applaudissements sur plusieurs bancs du groupe SRC.) La question de l’ancrage est réglée par le mode de scrutin uninominal à deux tours, grâce auquel personne ne peut être élu en étant absent du terrain, en se désintéressant des dossiers, en se désintéressant des hommes et des femmes qui lui font confiance, en ne faisant pas avancer les projets locaux.

Il s’agit enfin du renforcement – indispensable – du Parlement. Il est d’ailleurs intéressant de voir les gaullistes craindre le renforcement du pouvoir présidentiel et réclamer à cor et à cri le renforcement du Parlement que ces textes mettraient en danger. On sait très bien, historiquement, que le non-cumul n’a pas été défendu par le général de Gaulle, car il était satisfait de savoir que les parlementaires seraient occupés ailleurs. Mais, entre-temps, les lois de décentralisation ont été votées et, au bout de trente ans, vous ne les avez pas remises en cause en dépit des alternances. Or la décentralisation transforme le rôle des élus locaux, qui ont d’autres moyens de se faire entendre, de peser,…

M. le président. Je vous remercie, mon cher collègue.

M. Matthias Fekl. …de faire avancer leurs dossiers.

Pour toutes ces raisons – le renforcement du Parlement, celui de notre démocratie –, nous voterons contre cette motion de rejet. (Applaudissements sur les bancs du groupe SRC.)

M. le président. Sur la motion de rejet préalable, je suis saisi par le groupe de l’Union pour un mouvement populaire d’une demande de scrutin public.

Le scrutin est annoncé dans l’enceinte de l’Assemblée nationale.

La parole est à M. Sergio Coronado, pour le groupe écologiste.

M. Sergio Coronado. Depuis 1985, c’est à chaque fois un gouvernement de gauche qui s’est attelé à réformer le fonctionnement des institutions et à limiter le cumul des mandats. Ce fut le cas du gouvernement de Laurent Fabius, puis de celui de Lionel Jospin, c’est aujourd’hui au tour du gouvernement de Jean-Marc Ayrault de proposer, respectueux de l’engagement du Président de la République, deux projets de loi, que les députés écologistes voteront.

Il était prévisible que l’opposition plaide, comme vous l’avez fait, cher collègue Poisson, pour le statu quo. C’est ce que vous avez fait en 1985, mais aussi sous Lionel Jospin, et c’est ce que vous allez faire encore : rien de nouveau sous le soleil, et je reconnais la constance de vos convictions.

M. Jean Glavany. Conservateurs jusqu’au bout !

M. Sergio Coronado. Le rapporteur a eu raison de rappeler les emplois du temps chargés de cette maison et la difficulté qu’il y a parfois à mener à bien le travail législatif et le travail de contrôle de l’action gouvernementale. J’irai même plus loin : ayant été élu local, j’ai le souvenir de conseils municipaux un peu acrobatiques, n’obéissant, pour l’organisation des travaux, qu’au bon vouloir du député-maire, auquel il fallait adapter le rythme des réunions, les horaires de convocation.

Vous en savez quelque chose, cher collègue Poisson, puisque tel est le cas du conseil municipal de Rambouillet, présidé par M. Larcher, lequel cumule depuis fort longtemps les fonctions de maire et de sénateur. Nous savons, pour compter quelques amis parmi les conseillers municipaux, combien il leur est difficile d’avoir une vision à long terme des travaux qu’il leur reste à accomplir.

Vous avez utilisé le bon terme en parlant tout à l’heure d’opposition de cultures. Nous n’avons effectivement pas la même conception du fonctionnement de notre démocratie,…

M. Christian Jacob. Ça, c’est sûr !

M. Sergio Coronado. …ni sur le cumul des mandats, ni sur la parité, ni sur le droit de vote des résidents étrangers non communautaires. Pour toutes ces raisons, nous ne voterons pas cette motion de rejet.(Applaudissements sur les bancs du groupe écologiste et sur plusieurs bancs du groupe SRC.)

M. le président. La parole est à M. Alain Tourret, pour le groupe radical, républicain, démocrate et progressiste.

M. Alain Tourret. Monsieur le président, monsieur le ministre, ce texte est dogmatique ; il recherche l’affrontement. (Applaudissements sur les bancs du groupe UMP. – Exclamations sur les bancs du groupe SRC.) Après le projet de loi relatif à la transparence de la vie publique, émanation d’un poujadisme d’État ainsi que l’a dénoncé Roger-Gérard Schwartzenberg, voici un nouveau texte marqué par la défiance envers les élus, les maires tout particulièrement. (Mêmes mouvements.)

Ce texte est le résultat des divisions internes du parti socialiste. (Quelques députés du groupe UMP se lèvent et applaudissent. – Protestations sur les bancs du groupe SRC.) Et comment ne pas constater que les socialistes ne se l’appliquent pas, dès maintenant, à eux-mêmes ? Combien de députés et de sénateurs socialistes ont décidé, depuis 2012, de renoncer à leur mandat local ? Le Palais-Bourbon n’est pas l’annexe de Solférino ! (Applaudissements sur les bancs du groupe UMP.)

La calinothérapie de M. le ministre de l’intérieur ne suffira pas à nous convaincre. Hier, vous avez décidé d’affronter les écolos ; aujourd’hui, ce sont les radicaux ! (Mêmes mouvements.) Ce texte créera une fissure entre vous et vos meilleurs alliés.

Pourquoi donc avez-vous décidé d’éliminer les maires du Parlement ? Vous renforcez ainsi l’exécutif, au mépris de l’équilibre de la Cinquième République (Applaudissements sur les bancs du groupe UMP), qui avait prévu que les élus locaux auraient toute leur place au sein du pouvoir législatif. Vous supprimez les parlementaires-maires, dernière digue pour combattre les vagues populistes du front national. (Même mouvement.) En réalité, vous avez décidé d’éliminer les élus pour les remplacer par les fonctionnaires du parti socialiste ! (Même mouvement.)

Vous dites respecter l’opinion publique, hostile selon vous au cumul des mandats. Vous êtes dans le politiquement correct, essayant de suivre une opinion qui vous échappe. Et pourtant, vous refusez de vous opposer au cumul des indemnités !

Nous voterons contre ce projet de loi, en rupture avec la tradition de la République. (Applaudissements sur les bancs du groupe UMP.) Vous nous invitez, nous autres radicaux, à un vaste hara-kiri. Nous ne voulons pas nous y soumettre ! Nous ne voterons pas la motion de procédure, mais nous rejetterons ce projet de loi, contraire aux principes développés par Alain, pour qui le député, le maire, le député-maire est le symbole même du « citoyen contre les pouvoirs ». (Applaudissements sur les bancs du groupe RRDP et sur de nombreux bancs du groupe UMP, où plusieurs députés se lèvent.)

M. le président. La parole est à M. Guy Geoffroy, pour le groupe de l’Union pour un mouvement populaire.

M. Guy Geoffroy. Monsieur le président, monsieur le ministre, il est difficile d’être plus engagé que ne l’a été notre collègue Tourret ! Je regrette toutefois que ce dernier n’aille pas jusqu’au bout de ses convictions et refuse de voter la motion de rejet préalable. Sans aborder le fond – j’aurai l’occasion de le faire lors de la discussion générale –, je voudrais donner le sentiment de notre groupe sur ce texte.

C’est un texte de plus, grâce auquel vous obtenez les félicitations du jury pour votre immense capacité à amuser la galerie et à animer le bal des faux-nez. Nombreux sont ceux qui en portent dans la nouvelle majorité ! Car ce que vous nous proposez, c’est de faire ce que vous n’avez pas fait, de faire ce que vous continuez à ne pas faire et de faire ce que vous vous étiez engagés à faire et que vous ne faites pas !

Nombre d’entre vous peuvent présenter des pedigrees bien plus imposants que les nôtres en matière de cumul. (Exclamations sur les bancs du groupe SRC.) Et aujourd’hui, vous êtes là, Bourgeois de Calais repentants de vos turpitudes passées, à vous engager la main sur le cœur !

Dans mon département, le président du conseil général, non content de ne pas avoir tenu son engagement, est allé chercher un deuxième mandat, mandat auquel il n’a toujours pas renoncé. Il avait pourtant signé cette promesse !

Vous prétendez rénover la démocratie ; vous affadissez la représentation nationale.

M. Jean-Luc Reitzer. Vous l’affaiblissez !

M. Guy Geoffroy. Pour ces raisons,le groupe UMP tout entier votera contre ce texte. Mais afin d’éviter de faire traîner des débats qui n’ont aucune raison d’être, le mieux est de voter cette motion de rejet préalable ! (Applaudissements sur les bancs du groupe UMP.)

M. le président. Je mets aux voix la motion de rejet préalable du projet de loi organique.

(Il est procédé au scrutin.)

M. le président. Voici le résultat du scrutin sur la motion de rejet préalable :

Nombre de votants 198

Nombre de suffrages exprimés 198

Majorité absolue 100

Pour l’adoption 64

contre 134

(La motion de rejet préalable n’est pas adoptée.)

Rappel au règlement

M. le président. La parole est à M. Jean-Frédéric Poisson, pour un rappel au règlement.

M. Jean-Frédéric Poisson. Je souhaite simplement indiquer au ministre de l’intérieur que si nous sommes sensibles au fait qu’il soit présent sur ce banc pour défendre ce projet de loi, nous avons peu goûté la conclusion de son intervention.

Certes, il a le droit d’exprimer ses désaccords, même avec énergie – nous sommes habitués à ce qu’il monte dans les tours et passe dans la zone rouge de façon théâtrale ; comme le maréchal Lyautey avait deux képis, lui a deux registres d’expression – mais je ne suis pas venu sur ces bancs pour être injurié par un membre du Gouvernement.

M. Jean Glavany. Injurié ?

M. Jean-Frédéric Poisson. Oui, monsieur Glavany !

M. Jean-Luc Reitzer. Nous ne sommes pas des ringards !

M. Jean-Frédéric Poisson. Par ailleurs, je ne suis pas habitué à ce genre de vocabulaire. J’aimerais, monsieur le président, que nous puissions échanger à l’avenir, avec énergie, soit, mais en nous cantonnant à un registre normal, et courtois. (Applaudissements sur les bancs du groupe UMP.)

Motion de rejet préalable (projet de loi)

M. le président. J’ai reçu de M. Christian Jacob et des membres du groupe de l’Union pour un mouvement populaire une motion de rejet préalable, déposée en application de l’article 91, alinéa 5, du règlement, sur le projet de loi interdisant le cumul de fonctions exécutives locales avec le mandat de représentant au Parlement européen.

La parole est à M. Daniel Fasquelle.

M. Daniel Fasquelle. Monsieur le président, monsieur le ministre, monsieur le président de la commission des lois, chers collègues, je voudrais que nous abordions ce débat de façon sereine. Ce sujet n’oppose pas la droite à la gauche, ni ceux qui seraient ringards à ceux qui ne le seraient pas.

M. Jean-Luc Reitzer. Absolument !

M. Daniel Fasquelle. Je voudrais que nous abordions ce débat comme nous pouvons le faire dans les couloirs de cette assemblée, lorsque nous discutons avec nos collègues de droite et de gauche, convaincus, dans leur immense majorité, que ce projet de loi est une erreur.

Monsieur le ministre, vous évoquiez ceux qui se préparent déjà à l’application de ce projet de loi. Je voudrais pour ma part parler de tous ceux qui préparent aujourd’hui les prochaines élections municipales, parfois soutenus et incités par le parti socialiste.

Il me semble que vous ne faites pas l’unanimité dans vos troupes et que beaucoup ne sont absolument pas convaincus de la pertinence de ce projet de loi, ni du fait qu’il aboutira.

Je voudrais dénoncer un problème de méthode et un problème de fond. Le point de départ du projet de loi me semble éminemment contestable, puisqu’il prend appui sur les conclusions d’une commission purement partisane, la commission Jospin.

M. Jean Glavany. Il y avait Mme Bachelot !

M. Daniel Fasquelle. Seules des personnalités convaincues qu’il fallait mettre fin au cumul des mandats y ont été nommées. Si vous aviez été si sûrs de vous, vous auriez créé une commission paritaire, où les opinions divergentes auraient pu s’exprimer. Au lieu de quoi ont siégé des personnes politiques hostiles au cumul, des universitaires hostiles au cumul, et un président hostile au cumul. Vous avez ainsi créé l’unanimité au sein de cette commission, qui ne pouvait rendre d’autres conclusions que celles qu’elle a proposées.

On peut aussi regretter la façon dont la commission Jospin a travaillé. Avec Christian Jacob, nous avions demandé à être entendus. Cela nous a été refusé. Si d’autres, comme je l’ai appris par la suite, ont pu malgré tout être entendus, les auditions ont été menées de façon quelque peu secrète, avant que ne reprennent les auditions de personnes hostiles au cumul.

Forcément, la lettre de mission s’est transformée en ordre de mission. Les conclusions étaient écrites avant même que la commission Jospin ne se réunisse et ne rédige son rapport. Très franchement, pensez-vous qu’il soit sérieux de procéder de cette façon sur un sujet aussi important ? Je ne le crois pas.

Le projet de loi part aussi d’une mauvaise analyse des attentes des Français. Nous avons assisté à une campagne assez incroyable de désinformation : tous les Français étaient contre le cumul, ceux qui cumulaient devaient raser les murs, leur comportement était forcément condamnable et l’on nous pointait du doigt comme d’affreux cumulards, terme par ailleurs très déplaisant.

M. Jean-Luc Reitzer. Péjoratif !

M. Daniel Fasquelle. Pourquoi « cumulards » et pas « cumulants » ? C’est une façon de nous condamner par avance.

M. Jacques Myard. Vive le cumul !

M. Daniel Fasquelle. J’ai voulu en avoir le cœur net. Avec quelques collègues, j’ai créé une association, et nous avons commandé un sondage à un institut,…

M. Sergio Coronado. À Patrick Buisson ?

M. Daniel Fasquelle. …l’institut BVA, afin de poser enfin des questions claires, simples et nettes aux Français.

On nous dit que 88 %, voire 90 % des Français sont contre le cumul. Mais, lorsque l’on regarde les choses de près et que l’on interroge clairement nos concitoyens, notamment sur la question des députés-maires et des sénateurs-maires, ils sont 55 % à se prononcer contre le cumul et 44 % à dire qu’ils acceptent le cumul d’un mandat national et d’un mandat local.

M. Philippe Bies. À partir de quel échantillon ?

M. Daniel Fasquelle. Cela ne correspond pas du tout aux chiffres qui sont continuellement mis en avant.

Ce sondage, que je tiens à votre disposition – très récent, il a été mené de façon scientifique et est incontestable – montre aussi que 66 % des Français sont convaincus qu’il n’existe pas de limites au cumul des indemnités. Ils sont contre le cumul des mandats car ils pensent que les élus le pratiquent afin de cumuler les indemnités. Comme l’a dit Jean-Frédéric Poisson, les textes que nous avons votés, notamment sur l’écrêtement de nos indemnités, ne sont pas connus des Français.

Si les Français étaient convenablement informés de la réalité du cumul, le rapport entre les pour et les contre serait tout à fait équilibré. Vous faites une erreur d’analyse, et pourtant c’est le point de départ de votre raisonnement, cela a été répété à l’envi. Tous les Français ne sont pas contre le cumul : ils ont, sur ce sujet, un point de vue tout à fait mesuré, qu’il faut entendre.

Vous refusez aussi de prendre en compte le meilleur sondage qui soit, l’élection. Si un député-maire ne parvient pas à cumuler convenablement ses fonctions, s’il est mauvais député ou s’il est mauvais maire, laissons la liberté aux électeurs de ne plus le réélire comme député ou comme maire ! (Applaudissements sur plusieurs bancs du groupe UMP.)

M. Jean-Luc Reitzer. Voilà la vraie démocratie !

M. Daniel Fasquelle. Pourquoi avez-vous peur de la liberté, pourquoi avez-vous peur de la démocratie, pourquoi avez-vous peur de l’opinion des Français ?

M. Yves Censi. Ils se méfient du peuple !

M. Daniel Fasquelle. Pourquoi voulez-vous faire passer un texte en force et empêcher ainsi les Français qui le souhaitent de pouvoir garder leur député comme maire ou leur maire comme député ? C’est tout de même incroyable ! Vous faites du matin au soir profession de démocratie, de dialogue participatif, d’écoute – que sais-je encore ?– mais, sur ce point, vous refusez d’écouter les Français.

Je réclame la liberté pour les électeurs et pour les parlementaires. Ils devront voter le 24 juillet prochain. Ce sera un vote extrêmement important : laissez-leur la liberté de voter comme ils l’entendent, car il faut, sur ce sujet, éviter les consignes, les pressions et les contraintes.

Sur un sujet aussi important que le fonctionnement de nos institutions, il faut que chaque député puisse voter en toute liberté.

Sur la méthode, outre une commission partisane et une mauvaise analyse des attentes des Français, je dois encore dénoncer une étude d’impact très insuffisante : si vous avez eu la curiosité de la feuilleter, vous aurez constaté comme moi qu’elle est affligeante ! Qu’il faille se contenter, sur un sujet aussi important, d’un document aussi léger et de remarques aussi expéditives est extrêmement grave. On touche au fonctionnement de nos institutions, aux rapports entre le niveau local et le niveau national, entre l’exécutif et le législatif, tout en nous servant une eau tiède avec, là encore, plusieurs erreurs répétées à l’envi.

Première erreur, les députés qui cumulent seraient moins présents à l’Assemblée nationale que les autres, un député ne cumulant pas étant plus disponible et donc, forcément, plus présent à l’Assemblée nationale. Or cette idée fausse dont on abreuve l’opinion publique ne résiste pas à l’analyse.

Une des rares études sérieuses dont les conclusions n’ont jamais été contestées a été conduite par le CNRS. Elle porte sur la période 2007-2012 et permet de mesurer la réalité du travail des parlementaires ; je la tiens à votre disposition. Dans cette étude du CEVIPOF, Luc Rouban, directeur de recherche au CNRS, montre clairement qu’il n’y a pas de corrélation entre le fait d’avoir un mandat local et la présence effective à l’Assemblée. Les députés qui cumulent sont aussi présents que les autres.

D’ailleurs, si ce que vous dites était exact, on ne croiserait le jeudi, dans les couloirs de l’Assemblée, que des députés qui ne cumulent pas, les autres étant partis le mercredi soir. Or c’est faux, et j’ai plus souvent croisé le lundi soir ou le jeudi après-midi dans nos locaux des députés qui cumulent que des députés qui ne cumulent pas.

Mme Elisabeth Pochon. Ça, c’est un argument !

M. Daniel Fasquelle. Un classement de 2011 plaçait Christian Eckert en tête des députés, et nous étions trois à être classés en deuxième position, les députés les mieux placés étant tous des députés qui cumulaient…

Mme Marie-Françoise Clergeau. Mais les classements ne reflètent pas forcément la réalité du travail parlementaire !

M. Daniel Fasquelle. Il n’y a donc pas de relation de cause à effet. Nous ne pouvons de toute façon pas travailler sur tous les sujets, et nous devons être présents dans nos circonscriptions. En tant que députés, il nous arrive aussi de devoir quitter l’Assemblée pour participer à une manifestation ou à une réunion importante. C’est indispensable, sauf si vous ne voulez plus que les députés soient sur le terrain, ce qui risque, hélas, de se produire avec votre texte. Il n’y a pas de lien entre la présence à l’Assemblée et le cumul des mandats. Mettons fin, une fois pour toute, à cette idée fausse !

M. Jean-Luc Reitzer. Très bien !

M. Daniel Fasquelle. Autre idée fausse, répétée à l’envi pour nous intoxiquer : les conflits d’intérêt. Les députés-maires défendraient en réalité des intérêts locaux à l’Assemblée nationale.

M. Jean-Luc Reitzer. Il n’y a pas de honte à le faire !

M. Daniel Fasquelle. Là encore, je vous renvoie à cette étude scientifique du CEVIPOF, qui montre que les propositions de loi qui concernent les territoires ne représentent que 17 % des propositions de loi. Nous sommes nombreux à cumuler, et si les députés étaient obsédés par le cumul et ne défendaient que leurs territoires, 80 % de nos propositions de loi concerneraient nos territoires.

Cette étude démontre qu’il n’y a pas de conflits d’intérêts, et que les députés qui cumulent s’investissent sur tous les sujets et pas uniquement sur les sujets locaux.

Mme Chaynesse Khirouni. Quel monde merveilleux !

M. Daniel Fasquelle. Permettez-moi de vous lire ici ses conclusions : « L’analyse systématique de l’activité des députés de la XIIIe législature ne permet pas de conclure au fait que le cumul des mandats entraînerait une moindre activité parlementaire. C’est même souvent le contraire. De même, l’idée selon laquelle les députés cumulards ne seraient dévoués qu’aux intérêts de leur collectivité d’ancrage est fausse. L’étude, dans le cadre de ses limites, montre que l’activité parlementaire dépend surtout et d’une posture politique impliquant un certain rapport au politique (contestation de la majorité ou engagement dans l’analyse de l’action publique) et de la personnalité des député(e)s, dont certains et certaines sont, plus que d’autres, engagé(e)s dans des débats et des combats qui leur sont chers. » On sait bien notamment que l’activité d’un député dépendra du fait qu’il est dans la majorité ou dans l’opposition, mais aussi de la commission au sein de laquelle il travaille. On voit donc que le sujet est bien plus complexe qu’il n’y paraît et qu’il faut éviter de l’aborder avec des idées trop simples, pour ne pas dire simplistes.

M. Jean-Luc Reitzer. Très bien !

M. Daniel Fasquelle. Toujours en ce qui concerne l’étude d’impact, j’évoquerai la question des exemples étrangers. Là non plus, en effet, je n’accepte pas ce qui est dit. On nous parle d’une exception française épouvantable, mais cette exception française, je la revendique et pense qu’il faut tout faire pour la conserver. Ne comparons pas la France à des pays ayant une organisation de type fédéral ; vouloir copier le modèle allemand n’a aucun sens.

M. Francis Vercamer. Très bien !

M. Daniel Fasquelle. Oui, la France est un pays à part ; oui, la France est le plus vieil État d’Europe ; oui, nous avons un système centralisé qui nous est spécifique ; oui, nous avons trente-six mille communes, soit autant que l’ensemble des autre pays de l’Europe à quinze ; oui, la France a une organisation politique et administrative qui lui sont propres, ce qui justifie, bien évidemment le cumul des mandats, autre spécificité de l’État français ! (Applaudissements sur les bancs du groupe UMP.)

Un mot sur la méthode, encore, pour conclure la première partie de mon propos. Il y a, à l’origine de votre démarche, un vice fondamental, qui a consisté à mettre la charrue avant les bœufs. En effet, se pencher sur le fonctionnement de nos institutions implique d’abord de s’interroger sur les rapports entre l’exécutif et le législatif, sur la décentralisation et les rapports entre l’État central et les territoires, mais aussi sur le statut de l’élu.

J’ai ici les conclusions de la commission Jospin, parmi lesquelles une chose au moins est bonne à prendre : le sort qu’elle réserve au statut de l’élu, dont la révision est, selon elle, un préalable au non-cumul des mandats.

On nous a présenté la semaine dernière un rapport évoquant plusieurs pistes de réforme du statut de l’élu, mais nous sommes encore loin d’avoir abouti sur cette question extrêmement complexe, véritable serpent de mer de la vie politique française.

M. Jean-Luc Reitzer. Et c’est pas demain la veille !

M. Daniel Fasquelle. Pour une fois, écoutez donc M. Jospin. Attaquez-vous d’abord au statut de l’élu et des parlementaires ! On ignore pour l’instant si le nombre des députés va diminuer, si la proportionnelle va être introduite ni à quelle dose, mais on y va gaiement sur le non-cumul ! Vous avez mis la charrue avant les bœufs, votre méthode n’est pas la bonne ! (Applaudissements sur les bancs du groupe UMP.)

M. Jean-Luc Reitzer. C’est du bon sens !

M. Daniel Fasquelle. Eh oui, le bon sens a parfois du mal à se faire entendre ! (Exclamations sur les bancs du groupe SRC.)

Sur le fond, mes chers collègues, vous apportez une mauvaise réponse à une bonne question. Il est vrai – et cela nous concerne tous – que le fossé se creuse entre les Français et les responsables politiques. Les chiffres sont édifiants : en 2013, 54 % des Français pensent que la démocratie fonctionne mal, alors qu’ils n’étaient que 48 % en 2009 ; 82 % pensent que les politiques agissent principalement dans leur intérêt personnel ; pis encore, 62 % pensent que la plupart des politiques sont corrompus.

La confiance qu’ils nous accordent est en chute libre. Pour ce qui est des députés, la part des Français qui nous font confiance est passée de 38 % à 28 % entre décembre 2009 et décembre 2012. Ce constat est extrêmement sévère, il mérite d’être pris très au sérieux.

Autre constat : les Français sont très mal représentés dans nos institutions. À l’Assemblée nationale, 0,2 % des députés sont issus de la classe ouvrière, moins de 7 % sont des artisans, commerçants ou chefs d’entreprise, moins de 3 % sont des employés. Quant aux salariés du privé et aux chefs d’entreprise, peu d’entre eux sont candidats car, pour eux, le risque est important de ne pas retrouver d’emploi une fois leur mandat achevé.

Il y a là de vraies questions, mais est-ce en mettant fin au cumul des mandats que l’on réduira le fossé qui sépare les Français des hommes et des femmes politiques et que l’on améliorera la représentativité de nos institutions ? Bien sûr que non ! Vous posez une bonne question, mais vous y apportez une mauvaise réponse, et le remède risque d’être pire que le mal.

Je vous citerai simplement le constitutionnaliste Pierre Avril, professeur de droit public respecté de tous et qui a formé certains d’entre nous. Selon lui, tout ramener au cumul relève d’une vision myope du système français.

Quelques remarques à ce propos. Les Français attendent plus de proximité avec leurs élus. Y gagneront-ils sur ce plan avec la fin du cumul des mandats ? La réponse est non ! Vous allez mettre fin à une spécificité française, à laquelle nous sommes très attachés, je veux parler du député de terrain.

Et, puisque nous débattons, mettons tout sur la table : Avez-vous, oui ou non, l’intention d’introduire une dose de proportionnelle dans le scrutin ? Avez-vous, oui ou non, l’intention de diminuer le nombre de députés ? Car lorsque l’on additionne diminution du nombre des députés, proportionnelle et non-cumul, on aboutit à la disparition du député de terrain.

Les Français peuvent aujourd’hui rencontrer leurs députés dans les circonscriptions ; demain, ce ne sera plus possible. Or n’oublions pas que, dans les territoires ruraux, les députés jouent un rôle de fédérateur et d’animateur, aux côtés du sous-préfet.

M. Jean-Luc Reitzer. C’est ça, la France !

M. Daniel Fasquelle. Dans les grandes agglomérations ou les communautés urbaines, le rôle du député peut être différent, au risque, d’ailleurs, d’une certaine incompréhension. Je débattais aujourd’hui avec Sandrine Mazetier, députée de Paris, avec laquelle, par moment, nous avions un peu de mal à nous comprendre.

M. Jean-Luc Reitzer. Ce n’est pas la même vie !

M. Daniel Fasquelle. Il n’y a pas de mal à être députée de Paris, mais l’implication sur le terrain et le rôle qu’y joue le député ne peuvent être les mêmes dans les territoires ruraux et dans les territoires urbains.

Cela étant, un député peut très bien jouer ce rôle de fédérateur et d’animateur au sein de son territoire tout en étant présent à l’Assemblée nationale. Je pourrais vous en citer un très bon exemple, si ce n’est le meilleur : celui de notre Premier ministre, Jean-Marc Ayrault. Il a su se montrer présent à Nantes et dans son agglomération. On peut ne pas être d’accord avec son bilan, mais il faut reconnaître à celui-ci le mérite d’exister. Et ses fonctions locales ne l’ont pas empêché de remplir sa mission de député à tel point que vous l’avez même élu président de votre groupe !

Mme Marie-Françoise Clergeau. C’est vrai !

M. Daniel Fasquelle. Être président de groupe, ce n’est pas rien, tout de même ! Vous avez là la preuve que l’on peut être député et maire, que l’on peut être un bon législateur tout en restant présent sur le terrain. N’en ayons pas honte, au contraire, revendiquons-le ! Ce choix appartient à chacun. Laissez aux députés, s’ils le souhaitent, la possibilité de s’impliquer de cette façon dans les territoires. Laissez la possibilité aux électeurs qui le souhaitent de choisir demain d’autres Jean-Marc Ayrault pour animer et fédérer leurs territoires.

De surcroît, l’exercice d’un mandat local permet au député de se confronter à un certain nombre de réalités concrètes qui feront demain de lui un bon législateur. Un maire, en effet, doit gérer un budget, du personnel, des problèmes liés à la scolarité, à la situation des personnes âgées.

M. Jean-Luc Reitzer. La vraie vie !

M. Daniel Fasquelle. L’expérience qu’il acquiert lui servira pour son mandat parlementaire. Hier après-midi, en commission des affaires économiques, Cécile Duflot a abordé le problème des recours abusifs. Beaucoup de ceux qui sont intervenus sont des élus locaux, des maires qui, forts de leur expérience, ont pu comprendre la portée de son ordonnance et lui opposer des remarques pertinentes. Ils ont pu, de même, réagir à l’intervention de Sylvia Pinel sur le tourisme car, quand on est maire d’une station touristique ou élu d’un territoire touristique, on est confronté à ces sujets d’une façon particulière. Je ne dis pas que le député qui n’a pas de mandat local ne noue pas de tels contacts avec ses concitoyens, puisqu’il en a par sa permanence, mais ce n’est pas la même chose que d’avoir les mains dans le cambouis et d’être confronté concrètement à ces problèmes. (Applaudissements sur les bancs du groupe UMP.)

M. Jean-Luc Reitzer. C’est vrai, on vit les choses différemment !

M. Daniel Fasquelle. Laissez la possibilité à ceux qui veulent mettre les mains dans le cambouis de le faire !

C’est d’ailleurs tellement vrai que je ne résiste pas au plaisir de vous raconter un moment formidable de nos débats en commission des lois. Un député, pourfendeur du cumul, qui avait déposé des amendements invraisemblables, est allé jusqu’à proposer que les députés puissent siéger dans les conseils départementaux et les conseils régionaux à titre consultatif !

M. Christophe Borgel, rapporteur. Son amendement a d’ailleurs été adopté.

M. Daniel Fasquelle. C’est extraordinaire ! Voilà bien la preuve que, même dans vos rangs, les plus ardents pourfendeurs du cumul ont conscience que le député, à un moment ou un autre, doit être au courant de ce qui se passe dans sa circonscription, dans son département, dans sa région, sans quoi il courrait le risque de se couper de cette réalité qui fait la vie de nos concitoyens. Ce n’est pas seulement en rencontrant des associations que l’on peut comprendre ce que vivent nos concitoyens. Ce n’est pas que cela, la vie de l’élu et de nos concitoyens : c’est aussi l’action concrète des collectivités locales. Que le député soit plongé dans cette action, qu’il s’en imprègne, qu’il puisse même l’inspirer, en quoi est-ce un problème, en quoi cela peut-il vous déranger ?

Première idée fausse, donc, celle selon laquelle les Français seraient plus proches de leurs députés. Non : les Français seront moins proches. Vous avez tort et vous allez voter des dispositions extrêmement graves. Ne sonnez pas la fin des députés de terrain, car les Français en ont besoin et nous en défendrons le modèle ! (Applaudissements sur les bancs du groupe UMP.)

M. Christophe Borgel, rapporteur. On va le breveter !

M. Jean-Luc Reitzer. Vous aurez la médaille du bon sens, monsieur Fasquelle !

M. Daniel Fasquelle. Autre idée fausse : les Français souhaiteraient renforcer les pouvoirs de l’Assemblée. Vous prétendez qu’une présence accrue des députés renforcerait la puissance de l’Assemblée – je me demande au passage comment nos concitoyens pourraient se sentir plus proches de députés qui siègeraient du lundi au vendredi. Ce que vous nous promettez est faux. Vous avez cité Guy Carcassonne, mais écoutez Patrick Weil, Olivier Beaud, Pierre Avril, un certain nombre de constitutionnalistes dont quelques-uns étaient d’ailleurs d’accord avec vous au départ avant de se pencher davantage sur le sujet, d’évoluer et de changer d’avis – je pense en particulier à Olivier Beaud.

Mme Laurence Dumont. Il y a aussi des évolutions inverses !

M. Daniel Fasquelle. Que nous disent-ils ? D’être prudents car le risque est grand d’affaiblir, dans un système centralisé au pouvoir exécutif fort, l’Assemblée nationale et le Sénat en les coupant des territoires. L’un d’entre eux, lors des auditions que nous avons menées – car nous, nous avons écouté tous les points de vue – nous a mis en garde contre la suppression de l’un des derniers contre pouvoirs. Nous allons renforcer la présidentialisation de la Cinquième République et cette évolution me semble très dangereuse.

Vous prétendez que les députés auront plus de pouvoirs mais, s’ils n’ont plus leur accroche locale, ils seront entre les mains des partis politiques. Quel député, ici, même s’il est présent du lundi au vendredi, prendra le risque de contrer son parti sachant qu’à la prochaine élection, on lui coupera la tête ? Il ne sera plus sur la liste puisque vous allez passer à la proportionnelle ! Vous allez mettre fin aux députés de terrain ! Vous aurez des députés-marionnettes dont vous pourrez faire ce que vous voudrez. Je ne suis pas d’accord. Je souhaite que les députés restent des députés de terrain, ancrés dans les territoires, indépendants des partis politiques et du pouvoir exécutif (Applaudissements sur les bancs du groupe UMP.)

M. Claude Goasguen. À bas la République des partis !

M. Daniel Fasquelle. Je profiterai de la minute qu’il me reste pour insister sur la nécessité de créer une commission spéciale qui évalue les dernières réformes institutionnelles. Faisons le point du quinquennat, des rapports entre l’exécutif et le législatif, du fonctionnement de la Cinquième République. Prenons le temps de discuter de la décentralisation, dont l’acte III n’est pas encore voté – et je vois bien que vous avez du mal à le mettre en place. Là encore, prenons le temps d’observer, d’étudier toutes les formes de cumul. Vous n’en parlez pas mais on a bien compris votre plan caché : vous voulez vous attaquer ensuite au cumul des mandats locaux. Dites-le maintenant ou prenons le temps de cette réflexion. Olivier Beaud le disait fort justement, on ne peut pas changer un élément du système sans changer le système global.

M. Claude Goasguen. Évidemment !

M. Daniel Fasquelle. Cela me paraît extrêmement dangereux. Ne jouez pas, mes chers collègues, aux apprentis sorciers, ne trompez pas les Français. Il est faux de prétendre que la proximité sera renforcée, et le Parlement plus puissant. Suspendez cette réforme, faites le choix de la réflexion et de la liberté. N’ayez aucun doute sur ce point, nous reviendrons, le cas échéant, sur cette réforme en 2017. En attendant, je suis certain que le bon sens l’emportera dans cette assemblée et qu’au-delà des clivages politiques traditionnels, nous repousserons ce projet de loi qui est mauvais pour la démocratie française et pour nos institutions. (Vifs applaudissements sur les bancs du groupe UMP.)

M. Francis Vercamer. Très bien !

M. le président. La parole est à M. le rapporteur.

M. Sergio Coronado. Il parlera du sujet, au moins !

M. Christophe Borgel, rapporteur. J’essaierai de répondre à quelques arguments.

M. Jean-Luc Reitzer. Ce sera difficile !

M. Christophe Borgel, rapporteur. Restons modestes : je vais essayer…

Vous avez évoqué, monsieur Fasquelle, la nécessité d’organiser un débat dépassant les clivages politiques, la liberté de vote, inhérente aux députés, les divergences qui peuvent naître au sein de la majorité, ce qui est bien normal. Essayons pour une fois de le dire, comme je l’ai fait dès le début de mon propos introductif : il n’y a pas d’un côté, ceux qui seraient à dénoncer, de l’autre ceux qui seraient vertueux, que ce soit parmi les députés de terrain, comme l’a dit M. Poisson, ou parmi ceux qui ne cumuleraient pas. Ne soyons pas dans une posture accusatrice. Je comprends ceux de nos collègues qui, depuis longtemps, sont maires de leur commune et redoutent la perspective de choisir. Je comprends ceux pour qui c’est difficile.

M. Jean-Luc Reitzer. Vous nous arrachez le cœur !

M. Christophe Borgel, rapporteur. On s’attache certes à une commune que l’on administre depuis longtemps, mais je suis persuadé que certaines évolutions sont nécessaires.

Puisque vous évoquez les divergences sur nos bancs, regardons un peu ce qu’il se passe chez vous.

Damien Abad préconise d’adopter un principe simple, le mandat unique.

Élie Aboud, qui s’est opposé au cumul des mandats, a démissionné de son mandat de premier adjoint au maire de Béziers.

J’ai déjà parlé du président Accoyer. Nicole Ameline se prononce pour la limitation du cumul. Benoist Apparu reconnaît qu’il est difficile de cumuler un mandat exécutif local et un mandat de député.

M. Claude Goasguen. Et M. Rebsamen ?

M. Christophe Borgel, rapporteur. Combien se sont engagés, sur leur site de campagne ? Sylvain Berrios, dans sa profession de foi – mais il est vrai qu’il n’était pas candidat au nom de l’UMP – s’est engagé à voter la loi sur le non cumul des mandats. Nous verrons au moment du vote solennel…

M. Patrick Hetzel. Et la liberté?

M. Christophe Borgel, rapporteur. Yves Censi prétend que l’on ne peut être député et briguer la mairie de Rodez. Nous verrons aux municipales.

Georges Fenech, sur son site Internet de campagne, affirme qu’il votera la loi sur le non cumul.

Bruno Le Maire a lancé un appel pour limiter les cumuls, signé par plusieurs dizaines de nos collègues de l’opposition.

M. Patrick Hetzel. Et M. Rebsamen ?

M. Jean-Luc Reitzer. Ce sont des technocrates !

M. Christophe Borgel, rapporteur. François Fillon s’est dit favorable au non-cumul des mandats. J’en passe et des meilleurs, et je serais heureux, mes chers collègues, de savoir combien, parmi ceux qui se sont prononcés publiquement en faveur du non-cumul des mandats, voteront la loi que nous proposons. Nous verrons alors sur quels bancs se trouve l’absence de liberté de vote ! (Applaudissements sur les bancs du groupe SRC.)

Mes chers collègues, vous avez évoqué la commission Jospin. Peut-être pourrions-nous clore sur ce point. Ce texte n’est pas issu de cette commission, mais d’un projet de loi du Gouvernement et de notre travail en commission des lois. Vous déplorez l’absence d’auditions mais tous les partis politiques ont été entendus dans le cadre des auditions que j’ai conduites en tant que rapporteur. Nous avons reçu, pour l’UMP, le président Copé. Ne venez pas nous dire qu’il n’y a pas eu d’audition et que nous n’avons pas su écouter ! Vous évoquez les universitaires, mais nous avons entendu Patrick Weil. Il a beaucoup de talents, mais pas celui d’être un constitutionnaliste reconnu.

M. Claude Goasguen. Il n’est pas universitaire !

M. Christophe Borgel, rapporteur. Vous évoquiez les chercheurs et intellectuels qui ont écrit la lettre ouverte au Président de la République. J’en ai parlé, mais je ne suis pas certain qu’ils soient les meilleurs défenseurs de votre thèse.

M. Jean-Luc Reitzer. Ils n’ont jamais été entendus !

M. Christophe Borgel, rapporteur. Olivier Beaud déclarait dans un colloque récent, où il était invité, comme Alain Tourret qui, si je ne me trompe, est opposé à la loi, qu’il avait bien conscience, en défendant un certain cumul au nom du déséquilibre entre l’exécutif et le législatif, de défendre un mal, la faiblesse du législatif face à l’exécutif, par un autre mal, le cumul des mandats.

Olivier Beaud considérait ainsi que le cumul des mandats était un mal pour la démocratie. Je ne suis pas certain, là encore, qu’il soit le meilleur défenseur de votre thèse…

Vous avez parlé des sondages et des études. Mon cher collègue, des sondages sur le non-cumul, on peut en trouver des dizaines, mais vous n’en citez qu’un, un seul, et vous prétendez, avec une certaine assurance, qu’il s’agit d’un sondage sérieux, donc scientifique ! Soyons tout de même prudents en la matière, car il est arrivé que les sondages ne prévoient pas tout… Vous citez également une enquête, mais il y en a des dizaines, qui ont toutes en commun d’aboutir à la conclusion qu’au moins sept Français sur dix, quand ce n’est pas neuf, approuvent ce projet de loi.

M. Jean-Luc Reitzer. On ne le remarque pas aux élections partielles !

M. Christophe Borgel, rapporteur. Parmi les études, vous évoquez en particulier celle de Luc Rouban. Tout d’abord, contrairement à ce que vous prétendez, ce n’est pas la seule. Je pourrais vous parler de celles d’Abel François ou de Laurent Bach, universitaires eux aussi. Vous affirmez que vous avez vérifié les données de l’étude de Luc Rouban, mais je serais intéressé si vous m’apportiez, avant la fin du débat, les éléments de cette étude qui évoquent les données recueillies et la méthode utilisée pour les traiter.

J’ai posé la question à M. Rouban, que nous avons auditionné. J’attends encore des éléments de réponse probants. Son étude porte sur une législature, mais il y en a d’autres. Celle de Laurent Bach, ainsi, qui traite des interventions en commission, non pas seulement sur une législature mais depuis 1988, établit que plus la collectivité à laquelle se rapporte le mandat exécutif du député qui cumule est importante, moins le député est présent et intervient en commission.

M. Claude Goasguen. Ce n’est pas le sujet !

M. Christophe Borgel, rapporteur. Si vous voulez traiter honnêtement les études, il faut aller jusqu’au bout – ce qui, en l’occurrence, n’était pas très compliqué : cela figure à la page 22 de mon rapport. Monsieur Fasquelle, votre intervention est donc incomplète.

Enfin, vous évoquez, au nom de la spécificité française, l’éparpillement des communes. Le problème, c’est que le cumul se concentre sur les 1 000 à 1 500 communes qui comptent plus de 9 000 habitants. Si l’on compare cet échantillon d’environ 1 300 communes…

M. Claude Goasguen. Il y a aussi le Sénat !

M. Christophe Borgel, rapporteur. En prenant en compte les sénateurs, mon cher collègue, on retrouve la même réalité ! En prenant en compte l’ensemble des parlementaires et cet échantillon de quelque 1 300 communes, les chiffres sont tout à fait comparables aux exemples étrangers. Donc, là encore, votre démonstration ne tient pas.

Concernant le cumul passé des uns et des autres, je ne doute pas que vous allez y revenir à de nombreuses reprises, et le ministre s’est exprimé à ce propos de façon extrêmement nette et claire. Les évolutions doivent être bien réelles. Je l’ai dit, c’était une spécificité qui s’imposait à tous et dans tous les territoires. Nous pensons qu’il faut évoluer parce que la démocratie le demande. Vous pensez qu’il faut continuer. Nous ne sommes pas d’accord. Nul besoin de rappeler les cumuls passés !

Pour terminer, parlons du député de terrain. Je ne suis pas en désaccord avec la nécessité d’avoir des députés de terrain et je reste favorable, je l’ai dit et je le maintiendrai tout au long de ce débat, à un mode de scrutin par circonscription grâce auquel, tout en représentant la nation tout entière, nous sommes élus d’un bout du territoire de la République.

M. Claude Goasguen. Ce n’est pas logique !

M. Christophe Borgel, rapporteur. Nul besoin, pour être sur le terrain et avoir les mains « dans le cambouis », d’avoir des responsabilités exécutives locales. Nul besoin, pour être au contact de nos concitoyens, d’être en même temps maire, président d’un département ou d’une région. Je le maintiens, il y aura demain une autre manière de « faire du terrain ». La proximité n’est pas l’apanage de ceux qui exercent des fonctions exécutives locales. (Applaudissements sur de nombreux bancs des groupes SRC et écologiste.)

M. Marc Dolez. Très bien !

M. le président. La parole est à M. le ministre.

M. Manuel Valls, ministre. Monsieur le président, mesdames, messieurs les députés, le rapporteur a dit l’essentiel.

Je ferai une première remarque à M. Fasquelle, que j’ai écouté avec attention. Je lui rappelle, comme vient de le faire M. le rapporteur, que nous ne sommes pas en train de débattre du rapport de Lionel Jospin, rapport tout à fait honorable, mais d’un texte de loi qui est la traduction d’un engagement du Président de la République et qui a été enrichi par la commission des lois, laquelle a organisé de nombreuses auditions.

Vous avez fait l’éloge, monsieur Fasquelle – et c’est votre droit –, du député-maire, du député-président, bref, du parlementaire qui exerce plusieurs mandats.

M. Jacques Myard. Ce que vous avez connu !

M. Manuel Valls, ministre. Monsieur Myard, chacun a rappelé quelle était l’histoire. Je crois que vous l’avez souligné tout à l’heure, c’est une perspective difficile que de perdre un mandat, non à cause du choix des électeurs, mais en raison du choix que l’on fait de rester député.

M. Jean-Luc Reitzer. Oui, ça m’arracherait le cœur !

M. Manuel Valls, ministre. Être maire est une fonction très particulière.

M. Jean-Luc Reitzer. Marier les gens…

M. Manuel Valls, ministre. Vous avez raison, monsieur le député, et je vous encourage à les marier tous, d’ailleurs, et à respecter la loi ! (Rires. – Applaudissements sur les bancs des groupes SRC et écologiste.)

M. Jean-Luc Reitzer. C’est la loi et je suis prêt à l’appliquer !

M. Manuel Valls, ministre. Je n’en doute pas, car je connais votre esprit républicain !

Être maire est une fonction particulière. En ce qui me concerne, quand je suis devenu ministre et que j’ai accédé à cette responsabilité importante, le fait de ne plus être maire, de ne plus être présent dans ce conseil municipal qui a désigné mon successeur – mon ancien premier adjoint – a été un moment particulier. Cela étant, chacun doit intégrer ces évolutions, et c’est ce qui nous oppose.

S’agissant du choix des électeurs, monsieur Fasquelle, je force le trait, mais je suis convaincu que M. Lecanuet, à l’époque, avait utilisé les mêmes arguments…

M. Claude Goasguen. C’est vrai !

M. Manuel Valls, ministre. …pour démontrer qu’il était normal qu’une même personnalité politique soit maire de Rouen, sénateur et président du conseil général de Seine-Maritime, et devait également – le mode de désignation était différent – présider la région et, tout aussi logiquement, la représenter au Parlement européen.

M. Guy Geoffroy. Caricature !

M. Manuel Valls, ministre. Cette caricature, c’était, il y a quelques années, la réalité pour certains.

M. Jean-Christophe Lagarde. Ce n’est plus le débat !

M. Manuel Valls, ministre. Aujourd’hui, en effet, ce n’est plus le débat. Mais, compte tenu de la réforme constitutionnelle de 2008 qui a renforcé les droits du Parlement, notamment ceux de l’Assemblée nationale, compte tenu aussi des lois de décentralisation et des compétences exercées par les collectivités territoriales, il est normal, logique et cohérent que la loi, aujourd’hui, fasse du non-cumul la règle et permette à ceux qui souhaitent exercer la belle fonction de maire d’en faire le choix, la loi leur donnant le temps de la transition. Ceux qui souhaitent exercer la responsabilité de parlementaire pourront également en faire le choix.

S’agissant du rapport au terrain que nous avons évoqué et que Christophe Borgel évoquait il y a un instant, c’est faire injure à ceux qui, demain, seront députés sans exercer un mandat exécutif que de penser qu’ils ne représenteront pas bien leur circonscription et qu’ils ne défendront pas le terrain.

Jean-Jacques Urvoas, par exemple, a été élu en 2007, dans des circonstances difficiles. La circonscription qu’il a conquise appartenait jusqu’en 2007 à un député UMP, et ce depuis plusieurs années.

M. Claude Goasguen. Cela n’a rien à voir !

M. Manuel Valls, ministre. Si, précisément ! Exerce-t-il bien son mandat de député à l’Assemblée nationale ? Je vous en laisse juges : il préside l’une des commissions les plus importantes. Est-ce que, par ailleurs, il défend son territoire autour de Quimper ? Bien sûr que oui ! Les électeurs le connaissent-ils et ont-ils un lien direct avec lui ? Naturellement ! Dès lors que nous conservons en outre, comme le rappelait le rapporteur, le scrutin majoritaire à deux tours,…

M. Jacques Myard. Pas de proportionnelle ?

M. Manuel Valls, ministre. …le lien avec le terrain, pour reprendre votre expression,…

M. Claude Goasguen. Va disparaître !

M. Manuel Valls, ministre. …est bien là. Et c’est l’essentiel. Le non-cumul et le lien avec le terrain, voilà ce à quoi vise cette loi !

M. Claude Goasguen. Cela ne tiendra pas !

M. Manuel Valls, ministre. Enfin, monsieur Tourret, votre argumentation sur les apparatchiks ou, pis encore, sur les fonctionnaires – ce qui, venant de vous, cela m’a étonné –, tombe. Que l’on soit fonctionnaire ou que l’on vienne du secteur privé, quel que soit l’itinéraire que l’on ait suivi, ce texte, monsieur le député, permettra une plus grande diversité, d’autres voies d’accès à la vie politique. C’est en cela que ce texte est profondément moderne, et va changer les pratiques politiques dans notre pays. (Applaudissements sur de nombreux bancs du groupe SRC.)

M. le président. Au titre des explications de vote, la parole est à Mme Marie-Anne Chapdelaine, pour le groupe socialiste, républicain et citoyen.

Mme Marie-Anne Chapdelaine. La force d’une démocratie réside dans la légitimité de ses élus.

Nous, députés de la majorité, considérons que la confiance dont nous avons été honorés par le scrutin de juin 2012 exige l’exemplarité. Le changement que nous voulons, celui que veulent les Français, c’est la rupture avec l’Ancien Régime (Rires et exclamations sur les bancs du groupe UMP), avec l’ancienne Présidence,…

M. Jean-Luc Reitzer. N’importe quoi !

Mme Marie-Anne Chapdelaine. …la rupture avec une décennie de dénigrement de la vie politique, symbolisée par l’ego surdimensionné d’un homme qui, Président de la République, ne s’est pas mis au service de la cause publique, mais de sa cause personnelle,…

M. Jean-Luc Reitzer. Au moins, elle sait lire le texte qu’on lui a écrit !

Mme Marie-Anne Chapdelaine. …et ce en rejetant toute critique, avec cynisme et arrogance, sans respect pour les élus du peuple. Le mépris des parlementaires et des élus locaux a entretenu la défiance de nos concitoyens vis-à-vis de la démocratie et de la capacité de leurs représentants à changer leur vie.

Notre majorité, quant à elle, a fait le choix du dialogue social plutôt que de l’affrontement, avec, par exemple, la loi sur la sécurisation de l’emploi, et le choix de l’éducation plutôt que celui de l’ignorance. Nous choisissons donc la cohérence d’un projet politique plutôt que le populisme. Cette réforme institutionnelle sur le non-cumul des mandats s’intègre tout naturellement dans notre projet de société, une société qui évolue, avance et est parfois à l’avant-garde des évolutions politiques.

Nous voulons que notre démocratie soit à l’image de la France du changement : plurielle, représentative, ouverte et apaisée. Nous sommes élus du peuple, élus pour un projet politique et pour représenter le plus efficacement nos concitoyens, la meilleure des manières étant pour nous de nous consacrer exclusivement à nos fonctions : légiférer et contrôler l’action du Gouvernement, tout en étant ancrés dans nos territoires par un simple mandat local, par exemple.

M. Olivier Marleix. Brillante intervention !

Mme Marie-Anne Chapdelaine. Certes, le non-cumul des mandats ne suffira pas à lui seul à restaurer le crédit de l’action politique aux yeux de nos concitoyens.

M. Olivier Marleix. Ce qui est sûr, c’est que ça ne va pas faire baisser le chômage !

Mme Marie-Anne Chapdelaine. C’est cependant, au même titre que la loi sur la transparence de la vie publique que nous avons votée, un pas important et refondateur.

Mes chers collègues, sans cette réforme institutionnelle, il ne peut exister ni action politique légitime…

M. Jacques Myard. Quoi ?

Mme Marie-Anne Chapdelaine. …ni crédit pour notre rôle : celui de changer le réel et de construire une société moderne à laquelle aspirent nos concitoyens.

M. Jean-Luc Reitzer. On a fait quoi pendant toutes ces années ?

Mme Marie-Anne Chapdelaine. C’est pourquoi le groupe SRC votera contre cette motion de rejet préalable. (Applaudissements sur les bancs du groupe SRC.)

M. Marc Dolez. Très bien !

M. le président. La parole est à M. Francis Vercamer, pour le groupe Union des démocrates et indépendants.

M. Jean-Christophe Lagarde. La voix de la raison !

M. Francis Vercamer. J’ai écouté attentivement les différents intervenants. Il est vrai que nous avons une exception française. En l’occurrence, ce n’est pas d’exception culturelle qu’il s’agit, mais d’exception politique. Nous avons un exécutif fort, l’un des plus forts des pays industrialisés, et un Parlement faible.

Mais est-ce le cumul des mandats qui fait que tous les textes sont examinés selon la procédure accélérée ? Est-ce à cause du cumul de mandats que les lois sont transmises à notre commission quatre jours après le conseil des ministres à la commission et que nous avons seulement trois jours pour déposer nos amendements ? (Applaudissements sur les bancs des groupes UDI et UMP.) Est-ce à cause du cumul des mandats que le Premier ministre se prend pour le chef du Parlement en disant qu’il n’acceptera aucun amendement ? Le vote impératif est, me semble-t-il, contraire à la Constitution ! (Même mouvement.)Est-ce à cause du cumul des mandats que la délégation de vote, prévue par l’ordonnance de 1958, n’est pas appliquée et qu’aujourd’hui chacun peut voter pour quelqu’un d’autre sans motif ?

M. Marcel Rogemont. Qu’est-ce qu’il raconte ?

M. Francis Vercamer. J’espère que, pour ce qui est de cette loi, on appliquera la Constitution et que chacun devra être présent dans l’hémicycle pour voter la loi organique dont nous sommes en train de débattre. (« Très bien ! » sur plusieurs bancs des groupes UDI et UMP.)

J’en reviens à ce que disait Alain Tourret en commission. Il y a cumul des mandats, et pourtant nous légiférons trop. Alain Tourret a expliqué ce désagrément lors d’une réunion de commission – je pense que tout le monde l’a vu sur internet.

Pourquoi le cumul des mandats est-il nécessaire ? Parce que c’est le seul contre-pouvoir du Parlement ! Aujourd’hui, le contre-pouvoir, c’est le pouvoir local, ce sont les élus locaux qui connaissent le terrain, qui font remonter ici leurs expériences de terrain, de maire, de conseiller général ou de conseiller régional. C’est l’ancrage local.

Au fond, la vraie question, c’est la décentralisation. On nous compare toujours à l’Allemagne, à l’Espagne ou à la Belgique, mais là-bas, il vaut mieux être vice-président d’une région que ministre, car le vice-président a bien plus de pouvoir ! Les élus cumulent les fonctions de vice-président d’une région et de maire parce que c’est plus intéressant que d’être député, tout simplement ! C’est pour cela que le cumul n’existe pas dans ces pays. Même la Catalogne demande l’indépendance… (Exclamations sur les bancs du groupe SRC.)

M. Marcel Rogemont. Quel rapport ?

M. Francis Vercamer. On nous dit que, d’après les sondages, les Français veulent limiter le cumul des mandats.

M. Marcel Rogemont. Oui, n’oubliez pas les Français !

M. Francis Vercamer. Sommes-nous dans une démocratie politique ou dans une démocratie d’opinion ? Si les sondages sont si importants, peut-être le Président de la République devrait-il démissionner ?(« Oui ! » sur les bancs du groupe UMP. – Exclamations sur les bancs du groupe SRC.) Pourquoi écouter les sondages ? On sait fort bien que la plupart des grandes lois ont été faites contre l’avis du peuple.

Je voudrais évoquer un dernier point.

On nous dit qu’à cause du cumul du mandat nous sommes toujours dans nos circonscriptions. Mes chers collègues, si nous ne cumulons pas, nous serons encore plus dans leur circonscription car nous n’aurons plus d’ancrage local et nous devrons nous faire connaître davantage pour être réélus ! (Applaudissements sur les bancs des groupes UDI et UMP.) Je peux vous dire que tous ceux qui, aujourd’hui, ne cumulent pas, se feront balayer en 2017 ! (Exclamations sur les bancs du groupe SRC.)

Le groupe UDI votera la motion de rejet préalable. (Applaudissements sur les bancs des groupes UDI et UMP.)

M. le président. La parole est à Mme Isabelle Attard, pour le groupe écologiste.

Mme Isabelle Attard. Vous nous avez expliqué, cher collègue Fasquelle, que l’on pouvait être président de conseil général, maire et député, le tout avec une incroyable aisance. Cela ne laisse que deux solutions. Ou bien vous cachez sous votre chemise blanche le « S » de Superman (Sourires), ou bien les citoyens qui ont voté pour vous ont été floués, car il existe forcément des tâches ou des responsabilités que vous n’êtes pas aujourd’hui en mesure d’assumer avec un tel cumul. (Exclamations sur les bancs du groupe UMP.)

M. Gilles Lurton. Il suffit de s’organiser !

M. Jean-Luc Reitzer. Et de travailler en équipe, par exemple avec ses adjoints !

Mme Isabelle Attard. Peut-être y a-t-il en effet un « S » sous votre chemise, nous verrons plus tard ! Quoi qu’il en soit, vous avez dit quelque chose d’extrêmement juste tout à l’heure, cher collègue. Vous avez évoqué un sondage selon lequel les Français pensent que la classe politique est corrompue dans son ensemble, indigne de confiance et ne peut être prise au sérieux. Vous avez tout à fait raison, nous en sommes arrivés à ce point et c’est pourquoi la loi vient à point nommé.

M. Jean-Luc Reitzer. Cela n’a rien à voir avec le cumul ! De tels propos sont scandaleux !

Mme Isabelle Attard. Contrairement à vous, cher collègue, nous ne pensons pas que la loi ne servira à rien. Elle servira grandement à redonner confiance à nos concitoyens, qui l’attendent. Il faut, dites-vous, circuler et se rendre dans toutes les communes de sa circonscription rurale, car vous avez naturellement fait la comparaison avec les circonscriptions urbaines où c’est plus facile… Il se trouve que je suis, moi aussi, élue d’une circonscription rurale qui compte 161 communes. Il faut bien se rendre partout et si, comme beaucoup d’entre nous, vous vous rendez partout dans votre circonscription, vous avez dû y entendre comme nous le message que l’on vous y a fait passer : agissez avec nous, sur le terrain et faites le métier pour lequel vous avez été élu ! C’est pourquoi nous, écologistes, voterons contre la motion de rejet.(Applaudissements sur les bancs des groupes écologiste et SRC.)

M. le président. La parole est à M. Guillaume Larrivé, pour le groupe de l’Union pour un mouvement populaire.

M. Guillaume Larrivé. Vous nous dites, monsieur le ministre, que votre loi est une loi de modernisation. La vérité, c’est qu’il s’agit d’une loi de régression. Comme notre collègue Tourret l’a démontré avec éloquence, elle attaque les libertés, dont celle de choisir et celle de se présenter. En outre, elle porte atteinte à l’efficacité, celle de notre Parlement qu’enrichit la présence sur ces bancs de maires, de présidents de conseils généraux ou régionaux, mais aussi celle de territoires qui gagnent à voir les élus qui dirigent leurs collectivités exprimer d’une voix forte leurs intérêts au sein du Parlement.

M. Marcel Rogemont. Ils ne sont pas là pour ça, mais pour gérer la République !

M. Jean-Luc Reitzer. Cela en fait partie !

M. Guillaume Larrivé. La vérité, monsieur le ministre, c’est que vous nous présentez cette loi de régression parce que le Gouvernement, en échec sur les questions économiques et sociales, cherche une diversion sur les questions institutionnelles ! (Applaudissements sur les bancs du groupe UMP. – Exclamations sur les bancs du groupe SRC.)

M. Patrick Hetzel. Voilà le vrai sujet !

M. Guillaume Larrivé. Et la vérité, mesdames et messieurs les députés de la majorité, c’est que vous êtes vous-mêmes très mal à l’aise, car le groupe socialiste est muselé, Mme Dessus et M. Popelin ayant interdiction de s’exprimer. Révoltez-vous ! Rejoignez-nous ! Votez la motion de rejet préalable pour défendre les territoires et les libertés du Parlement ! (Applaudissements sur les bancs du groupe UMP.)

M. le président. La parole est à M. Alain Tourret, pour le groupe radical, républicain, démocrate et progressiste.

M. Alain Tourret. Je me permets de vous faire observer, monsieur le ministre, que je n’ai pas parlé des fonctionnaires en général, mais des fonctionnaires du parti socialiste, ce qui n’est pas tout à fait pareil.(Applaudissements et rires sur les bancs du groupe UMP. – Exclamations sur les bancs du groupe SRC.)

Deuxièmement, de quel texte parlons-nous en ce moment ? De celui relatif aux députés européens. En quoi les règles de non-cumul devrait-elles s’appliquer à eux différemment ? À l’évidence, il faut au député européen un attachement local. En 1962…

M. le président. Un instant, monsieur Tourret, s’il vous plaît.

Que chacun reste à sa place : Le vote se fera à main levée, aucune demande de scrutin public n’ayant été déposée. Nous écoutons attentivement M. Tourret.

M. Alain Tourret. D’autant plus que je m’apprête à évoquer le général de Gaulle, monsieur le président !

M. le président. Voilà qui m’intéresse ! (Sourires.)

M. Alain Tourret. En 1962, le général de Gaulle déclarait, à propos des députés européens, ne pas vouloir d’« apatrides » parlant un « volapük intégré ».

M. Jean-Luc Reitzer. Absolument !

M. Alain Tourret. Dès lors, la meilleure solution consiste évidemment à leur donner un attachement local, d’autant plus que mes amis du parti socialiste ont préféré à une circonscription nationale des circonscriptions régionales, ce qui implique la nécessité d’un lien avec un territoire. Le député européen, plus que tout autre, doit exercer un autre mandat.

Enfin, nous ne parlons pas suffisamment du cumul des indemnités, qui est, j’en suis intimement persuadé, ce dont nos concitoyens ne veulent plus. Or le texte le prévoit pour les députés qui sont conseillers généraux ou régionaux, ce qui est selon moi une erreur. (Applaudissements sur les bancs du groupe UMP.)

C’est pourquoi nous ne nous associerons évidemment pas à la motion, mais vous avez bien compris que nous voterons contre le texte.

M. Jacques Myard. Il a raison !

(La motion de rejet préalable, mise aux voix, n’est pas adoptée.)

Extrait du compte rendu du Conseil des ministres du 03/04/13

Le ministre de l’intérieur a présenté un projet de loi organique interdisant le cumul de fonctions exécutives locales avec le mandat de député et de sénateur ainsi qu’un projet de loi interdisant le cumul de fonctions exécutives locales avec le mandat de représentant au Parlement européen.

Actuellement, 58 % des députés et 59% des sénateurs détiennent également une fonction exécutive locale de direction ou de co-direction d’une collectivité territoriale ou d’un établissement public de coopération intercommunale à fiscalité propre.

Lors de la campagne en vue de l’élection présidentielle, le Président de la République s’est engagé à proposer au Parlement une loi sur le non-cumul des mandats. En effet, les réformes successives de la décentralisation ont accru la charge de l’exercice de fonctions exécutives au sein des collectivités territoriales. De plus, la révision constitutionnelle du 23 juillet 2008 a rénové la procédure législative et accru les prérogatives des parlementaires. Il était donc nécessaire de prendre acte de ces évolutions et d’entendre le souhait plusieurs fois formulé par les citoyens en interdisant le cumul entre un mandat parlementaire et une fonction exécutive locale. Il s’agit également de permettre le renouveau de la vie publique, en facilitant l’accès de nouvelles personnalités aux mandats et fonctions électives.

Les deux textes rendent incompatibles l’exercice d’un mandat parlementaire national ou européen avec l’exercice de fonctions de direction ou de co-direction au sein des collectivités territoriales et des établissements publics de coopération intercommunale à fiscalité propre, en métropole et outre-mer. L’incompatibilité est également étendue à certaines fonctions non exécutives qui revêtent une importance significative, telles que les présidences des assemblées locales en Corse, en Martinique, en Nouvelle-Calédonie et en Polynésie française.

Le projet de loi organique tire également les conséquences de ces incompatibilités nouvelles en ouvrant, notamment à la démission, les cas pouvant donner lieu au remplacement d’un parlementaire par son suppléant. Il s’agit en effet de ne pas déstabiliser les assemblées par l’organisation d’élections partielles potentiellement nombreuses à chaque renouvellement des assemblées locales.

Les dates d’entrée en vigueur de ces dispositions tiennent compte des impératifs juridiques soulignés par le Conseil d’État lors de l’examen des textes. Elles seront applicables à compter du premier renouvellement des assemblées concernées suivant le 31 mars 2017. Ces dates permettent de ne pas remettre en cause la sincérité du scrutin et de ne pas fragiliser les textes par un effet rétroactif des dispositions relatives au remplacement, que le Conseil constitutionnel pourrait censurer.

-> Pouvoirs publics : interdiction du cumul de fonctions exécutives locales avec le mandat de réprésentant au Parlement européen: A lire

Projet de loi organique interdisant le cumul de fonctions exécutives locales avec le mandat de député ou de sénateur (Procédure accélérée)

N° 885

ASSEMBLÉE NATIONALE

CONSTITUTION DU 4 OCTOBRE 1958

QUATORZIÈME LÉGISLATURE

Enregistré à la Présidence de l’Assemblée nationale le 3 avril 2013.

PROJET DE LOI ORGANIQUE

interdisant le cumul de fonctions exécutives locales 
avec le mandat de député ou de sénateur,

(Procédure accélérée)

(Renvoyé à la commission des lois constitutionnelles, de la législation et de l’administration générale
de la République, à défaut de constitution d’une commission spéciale
dans les délais prévus par les articles 30 et 31 du Règlement.)

PRÉSENTÉ

au nom de M. Jean-Marc AYRAULT,

Premier ministre,

par M. Manuel VALLS,
ministre de l’intérieur.

EXPOSÉ DES MOTIFS

Mesdames, Messieurs,

Le présent projet de loi organique a trait aux incompatibilités entre les mandats de député et de sénateur et des fonctions exécutives au sein des collectivités territoriales et de leurs établissements publics. Il modifie également les conditions de remplacement des députés et des sénateurs.

En premier lieu, il élargit le champ des incompatibilités entre un mandat parlementaire et l’exercice de fonctions exécutives locales. Il reprend les conclusions du rapport de la commission de rénovation et de déontologie de la vie publique qui, en proposant de rendre incompatible le mandat de parlementaire avec tout mandat électif autre qu’un mandat local simple, a souhaité doter les parlementaires d’un encadrement juridique leur permettant « un exercice des responsabilités exemplaire ».

Aussi, le présent projet de loi organique complète les incompatibilités d’ores et déjà prévues par le code électoral entre l’exercice d’un mandat parlementaire et certaines fonctions ou mandats, pour y ajouter les fonctions exécutives les plus importantes – présidence et vice-présidence – des collectivités territoriales et des établissements publics de coopération intercommunale à fiscalité propre. Les députés et les sénateurs pourront ainsi continuer à exercer un mandat local simple en même temps que leur mandat parlementaire.

En souhaitant libérer les parlementaires de responsabilités importantes au sein des exécutifs de collectivités territoriales ou des intercommunalités, le Gouvernement prend ainsi acte de la profonde évolution du travail parlementaire depuis la loi constitutionnelle du 23 juillet 2008. En effet, la dernière révision constitutionnelle a rénové l’exercice de la fonction législative et renforcé les pouvoirs des deux assemblées. Ainsi, le rôle fondamental que cette loi constitutionnelle a conféré aux commissions dans la procédure législative, la place laissée à l’initiative parlementaire, l’importance accrue du contrôle de l’action du Gouvernement et de l’évaluation des politiques publiques sont autant de mutations dans la pratique parlementaire qui nécessitent que les conditions d’exercice des mandats de député et de sénateur s’adaptent en conséquence.

Le projet de loi organique crée donc un nouvel article dans le code électoral dressant la liste des fonctions exécutives concernées et des fonctions assimilées au sein des exécutifs des collectivités d’outre-mer. Cet article sera applicable à l’ensemble des parlementaires nationaux. Les représentants au Parlement européen seront également concernés par ces dispositions : la loi ordinaire qui accompagne le présent projet de loi organique prévoit l’extension de ces dispositions aux députés européens.

En second lieu, le gouvernement modifie les conditions de remplacement des députés et des sénateurs. En l’état actuel du droit, un député ou un sénateur qui est en situation de cumul doit, conformément aux dispositions de l’article L.O. 151 du code électoral, démissionner du mandat de son choix. S’il choisit de renoncer à son mandat de parlementaire, il ne peut être fait appel à son remplaçant, les cas de remplacement étant limitativement énumérés aux articles L.O. 176 pour les députés et aux articles L.O. 319 et L.O. 320 du code électoral pour les sénateurs.

Le Gouvernement souhaite toutefois que le parlementaire qui se trouve en situation de cumul et renonce à son mandat puisse être remplacé par la personne qui a été élue en même temps que lui. Il étend donc les cas pouvant donner lieu au remplacement, comme cela a déjà été fait pour le mandat de conseiller général par la loi n° 2009-526 du 12 mai 2009 de simplification et de clarification du droit et d’allègement des procédures, en prévoyant qu’un parlementaire qui démissionne pour cause de cumul sera remplacé par son suppléant.

Afin de laisser aux parlementaires comme aux électeurs le temps de prendre en compte ce changement important dans la législation relative au cumul des mandats, le Gouvernement a souhaité différer l’application de ces dispositions. Ainsi, les nouvelles incompatibilités comme les dispositions relatives au remplacement d’un parlementaire démissionnaire s’appliqueront à tout parlementaire à compter du premier renouvellement de l’assemblée à laquelle il appartient suivant le 31 mars 2017.

L’article 1er du projet de loi organique crée un article L.O. 141-1 du code électoral qui dresse la liste des fonctions exécutives d’une collectivité locale avec lesquelles les mandats de député et de sénateur sont incompatibles. Les fonctions incompatibles seront les fonctions de maire, de maire d’arrondissement et de secteur, de maire délégué et d’adjoint au maire ; les fonctions de président et de vice-président des conseils régionaux, généraux et des EPCI à fiscalité propre ; les fonctions de président et de membre du conseil exécutif de Corse et de président de l’Assemblée de Corse ; les fonctions de président et de vice-président des assemblées et conseils des collectivités d’outre-mer ; les fonctions de présidents et de membres des conseils exécutifs de Martinique, de Saint-Barthélemy, de Saint-Martin et de Saint-Pierre-et-Miquelon ; les fonctions de président, de vice-président et de membre du Gouvernement de la Nouvelle-Calédonie et de la Polynésie française ; et les fonctions de président et de vice-président du Congrès de la Nouvelle-Calédonie et des assemblées de province de la Nouvelle-Calédonie. Les incompatibilités des sénateurs étant similaires à celles de députés, en vertu de l’article L.O. 297 du code électoral, le nouvel article L.O. 141 s’appliquera également aux sénateurs.

L’article 2 modifie l’article L.O. 151 du code électoral pour prévoir les modalités d’application des incompatibilités avec les fonctions exécutives. Il prévoit ainsi que le député ou le sénateur qui se trouve dans un des cas d’incompatibilité dispose d’un délai de trente jours pour faire cesser cette incompatibilité en démissionnant du mandat ou de la fonction de son choix. À défaut d’option dans le délai imparti, le mandat ou la fonction acquis à la date la plus ancienne prendra fin de plein droit.

L’article 3 étend, aux articles L.O. 176 et L.O. 319 la liste des cas pouvant donner lieu au remplacement des députés et des sénateurs sans qu’il soit recouru à une élection partielle. Ce faisant, les députés ou les sénateurs qui exerceraient leur droit d’option en démissionnant de leur mandat parlementaire seraient remplacés par leur suppléant ; il est modifié par coordination les articles L.O. 178 et L.O. 322 du code électoral.

L’article 4 prévoit que la présente loi organique s’applique à tout parlementaire à compter du premier renouvellement de l’assemblée à laquelle il appartient suivant le 31 mars 2017.

PROJET DE LOI ORGANIQUE

Le Premier ministre,

Sur le rapport du ministre de l’intérieur,

Vu l’article 39 de la Constitution,

Décrète :

Le présent projet de loi organique interdisant le cumul de fonctions exécutives locales avec le mandat de député ou de sénateur, délibéré en conseil des ministres après avis du Conseil d’État, sera présenté à l’Assemblée nationale par le ministre de l’intérieur, qui sera chargé d’en exposer les motifs et d’en soutenir la discussion.

Article 1er

Après l’article L.O. 141 du code électoral, il est inséré un article L.O. 141-1 ainsi rédigé :

« Art. L.O. 141-1. – Le mandat de député est incompatible avec :

« 1° Les fonctions de maire, de maire d’arrondissement, de maire de secteur, de maire délégué et d’adjoint au maire ;

« 2° Les fonctions de président et de vice-président d’établissement public de coopération intercommunale à fiscalité propre ;

« 3° Les fonctions de président et de vice-président de conseil général ;

« 4° Les fonctions de président et de vice-président de conseil régional ;

« 5° Les fonctions de président, de membre du conseil exécutif de Corse et de président de l’assemblée de Corse ;

« 6° Les fonctions de président et de vice-président de l’assemblée de Guyane et de l’assemblée de Martinique, de président et de membre du conseil exécutif de Martinique ;

« 7° Les fonctions de président, de vice-président et de membre du Gouvernement de la Nouvelle-Calédonie ; de président et de vice-président du Congrès de la Nouvelle-Calédonie ; de président et de vice-président des assemblées de province de la Nouvelle-Calédonie ;

« 8° Les fonctions de président, de vice-président et de membre du Gouvernement de la Polynésie française ; de président et de vice-président de l’assemblée de la Polynésie française ;

« 9° Les fonctions de président et de vice-président de l’assemblée territoriale des îles Wallis et Futuna ;

« 10° Les fonctions de président et de vice-président des conseils territoriaux de Saint-Barthélemy, de Saint-Martin, de Saint-Pierre-et-Miquelon et de président et de membre des conseils exécutifs de Saint-Barthélemy, de Saint-Martin, de Saint-Pierre-et-Miquelon. »

Article 2

L’article L.O. 151 du même code est ainsi modifié :

1° Le premier alinéa est précédé d’un « I » ;

2° Le quatrième alinéa est supprimé ;

3° Après le troisième alinéa, il est ajouté un II ainsi rédigé :

« II. – Le député qui se trouve dans un des cas d’incompatibilité mentionnés à l’article L.O. 141-1 est tenu de faire cesser cette incompatibilité en démissionnant du mandat ou de la fonction de son choix, au plus tard le trentième jour qui suit la date de la proclamation des résultats de l’élection qui l’a mis en situation d’incompatibilité ou, en cas de contestation, la date à laquelle le jugement confirmant cette élection est devenu définitif.

« À défaut d’option dans le délai imparti, le mandat ou la fonction acquis à la date la plus ancienne prend fin de plein droit. »

Article 3

I. – Le premier alinéa de l’article L.O. 176 du même code est ainsi rédigé :

« Sous réserve du second alinéa, les députés dont le siège devient vacant pour toute autre cause que l’annulation de l’élection, la démission d’office prononcée par le Conseil constitutionnel au titre des articles L.O. 136-1 ou L.O. 136-3, ou la déchéance constatée par le Conseil constitutionnel en application de l’article L.O. 136 sont remplacés jusqu’au renouvellement de l’Assemblée nationale par les personnes élues en même temps qu’eux à cet effet. »

II. – Le premier alinéa de l’article L.O. 178 du même code est ainsi rédigé :

« En cas d’annulation des opérations électorales, de vacance causée par la démission d’office prononcée par le Conseil constitutionnel au titre des articles L.O. 136-1 ou L.O. 136-3, par la déchéance constatée par le Conseil constitutionnel en application de l’article L.O. 136, ou lorsque les dispositions de l’article L.O. 176 ne peuvent plus être appliquées, il est procédé à des élections partielles dans un délai de trois mois. »

III. – Le premier alinéa de l’article L.O. 319 du même code est ainsi rédigé :

« Sous réserve du second alinéa, les sénateurs élus au scrutin majoritaire dont le siège devient vacant pour toute autre cause que l’annulation de l’élection, la démission d’office prononcée par le Conseil constitutionnel au titre des articles L.O. 136-1 ou L.O. 136-3, ou la déchéance constatée par le Conseil constitutionnel en application de l’article L.O. 136 sont remplacés par les personnes élues en même temps qu’eux à cet effet. »

IV. – Le premier alinéa de l’article L.O. 322 du même code est ainsi rédigé :

« En cas d’annulation des opérations électorales, de vacance causée par la démission d’office prononcée par le Conseil constitutionnel au titre des articles L.O. 136-1 ou L.O. 136-3, par la déchéance constatée par le Conseil constitutionnel en application de l’article L.O. 136, ou lorsque les dispositions des articles L.O. 319 et L.O. 320 ne peuvent plus être appliquées, il est procédé à des élections partielles dans un délai de trois mois. »

Article 4

La présente loi organique s’applique à tout parlementaire à compter du premier renouvellement de l’assemblée à laquelle il appartient suivant le 31 mars 2017.

Fait à Paris, le 3 avril 2013.

Signé : Jean-Marc AYRAULT

Par le Premier ministre :
Le ministre l’intérieur
Signé : Manuel VALLS

« Le cumul des mandats: moins cumuler pour plus d’efficacité » (rapport du sénat)

Rapport d’information n° 365 (2011-2012) de MM. François-Noël BUFFET et Georges LABAZÉE, fait au nom de la délégation aux collectivités territoriales, déposé le 14 février 2012. 

Retrouvez un extrait de ce rapport d’information:

N° 365 – SÉNAT – SESSION ORDINAIRE DE 2011-2012

Enregistré à la Présidence du Sénat le 14 février 2012

Rapport d’information fait au nom de la délégation aux collectivités territoriales et à la décentralisation (1) sur le cumul des mandats, Par MM. François-Noël BUFFET et Georges LABAZÉE,

Sénateurs.

(1) La délégation aux collectivités territoriales et à la décentralisation est composée de Mme Jacqueline Gourault, présidente ; M. Claude Belot, Mme Anne-Marie Escoffier, MM. Christian Favier, Yves Krattinger, Antoine Lefèvre, Hervé Maurey, Jean-Claude Peyronnet, Rémy Pointereau et Mme Patricia Schillinger, vice-présidents ; MM. Philippe Dallier et Claude Haut, secrétaires ; MM. Jean-Etienne Antoinette, Yannick Botrel, Mme Marie-Thérèse Bruguière, MM. François-Noël Buffet, Raymond Couderc, Jean-Patrick Courtois, Michel Delebarre, Éric Doligé, Jean-Luc Fichet, François Grosdidier, Charles Guené, Pierre Hérisson, Edmond Hervé, Pierre Jarlier, Georges Labazée, Joël Labbé, Gérard Le Cam, Jean Louis Masson, Rachel Mazuir, Jacques Mézard, Mme Renée Nicoux, MM. André Reichardt, Bruno Retailleau et Alain Richard.

Introduction 

Mesdames, Messieurs,

La question du cumul des mandats et des fonctions est un serpent de mer de la vie politique française. Elle se pose à chaque échéance électorale et des sondages mettent régulièrement en évidence l’opposition de la population à la pratique du cumul. Cette question ne manquera d’ailleurs pas d’alimenter le débat public dans le cadre des campagnes présidentielle et législative qui ont débuté.

Le mouvement de décentralisation a contribué au développement d’une réglementation du cumul des mandats, coïncidant avec un accroissement des pouvoirs et des responsabilités des élus locaux. Pour le gouvernement et le législateur, l’encadrement du cumul des mandats répondait à un triple objectif. En premier lieu, il s’agissait de moderniser la vie politique autour de trois principes : le principe de transparence permettant de mettre fin à l’ambiguïté entre la défense des intérêts locaux et de l’intérêt général, le principe de disponibilité face à la demande croissante de proximité de nos concitoyens et le principe d’ouverture1(*) face au risque de concentration des mandats électifs par un nombre limité de titulaires. En deuxième lieu, il visait à revaloriser le Parlement en permettant aux parlementaires de se consacrer pleinement à leur mandat, le cumul des mandats étant vu comme une des principales causes de l’absentéisme. En troisième et dernier lieu, il devait renforcer la décentralisation, en accroissant la disponibilité des élus locaux, en développant la démocratie locale et en clarifiant le jeu politique local.

Or, depuis la loi n° 2000-294 du 5 avril 2000 relative aux incompatibilités entre mandats électoraux, force est de constater que le cumul des mandats n’a pas disparu. 

Au coeur de la culture politique française, il constitue un phénomène important. Issu de la tradition électorale, le cumul des mandats demeure la règle pour une grande majorité de parlementaires (84 % des députés et 72 % des sénateurs exercent au moins un autre mandat électif). En 1973, seuls 30 % des députés n’avaient pas d’autre mandat, alors qu’aujourd’hui cette proportion est moitié moindre.

Paradoxalement, la question du cumul des mandats reste un enjeu majeur et récurrent du débat politique, mais également un tabou. De nombreuses propositions de loi et de loi organique – plus d’une quinzaine – depuis 2002 sur les bureaux des assemblées parlementaires. Dans le cadre de réflexions sur la réforme constitutionnelle, elle a fait l’objet de rapports de commissions extraparlementaires, le Comité présidé par Edouard Balladur en 2007 ou la Commission présidée par Pierre Mauroy en 2000. Cependant, bien que les conclusions de ces commissions ont souvent été adoptées à l’unanimité, y compris sur des sujets aussi sensibles que la limitation du cumul des mandats, les mesures très concrètes proposées n’ont pas connu de traduction législative, si ce n’est dans des propositions déposées sur le bureau de chaque assemblée sans toutefois être adoptées ou même faire l’objet d’une discussion en séance publique.

Or, plus de dix ans après la dernière loi d’envergure sur ce sujet, il apparaît nécessaire à vos rapporteurs de faire évoluer la situation pour deux raisons majeures. Premièrement, il leur semble essentiel de moderniser le droit électoral en vigueur afin de tenir compte de l’évolution des fonctions au niveau local, dans la lignée de l’actualisation du régime des inéligibilités des députés et sénateurs par la loi n° 2011-412 du 14 avril 2011 portant simplification de dispositions du Code électoral et relative à la transparence financière de la vie politique. Deuxièmement, il n’est aujourd’hui plus permis d’ignorer le développement de l’intercommunalité, d’autant plus que la loi n° 2010-1563 du 16 décembre 2010 relative à la réforme des collectivités territoriales la généralise à l’ensemble du territoire, étend ses compétences et crée un nouvel échelon intercommunal : la métropole ou le pôle métropolitain. Au quotidien, c’est donc l’action sociale, l’assainissement, l’élimination des déchets ménagers, les trains régionaux, les routes, les collèges et les lycées, les transports scolaires, les infrastructures sportives, la formation professionnelle, les aides aux entreprises, l’urbanisme que les acteurs locaux doivent gérer.

Par ailleurs, la création récente, par la loi du 16 décembre 2010 précitée, du conseiller territorial, siégeant à la fois au conseil régional et au conseil général, appelle à une nécessaire réflexion sur ce sujet.

Vos rapporteurs souhaitent également souligner que les questions relatives au statut de l’élu et au cumul des mandats sont étroitement liées, comme l’a démontré la table ronde sur le statut de l’élu local, organisée par votre Délégation le 1er juin 2010.

Ainsi, vos rapporteurs formulent sept propositions visant à moderniser la législation relative au cumul des mandats afin, d’une part, de prendre en compte le développement de nouveaux échelons au niveau local, et, d’autre part, de prendre acte du pouvoir décisionnel réel des différents acteurs locaux.

Télécharger le rapport d’information 

Cumul des mandats: qu’en est il en Europe?

Le Sénat a publié en juillet 2012 une étude de législation comparée sur le cumul des mandats électoraux et des fonctions électives en France et dans sept pays européens : l’Allemagne, la Belgique, l’Espagne, l’Italie, les Pays-Bas, l’Angleterre et le Portugal.

Le rapport rappelle d’abord le régime en vigueur en France qui interdit le cumul de deux mandats nationaux, le cumul entre l’un de ces mandats et celui de membre du Parlement européen, le cumul entre un mandat national et certains mandats locaux ou territoriaux et enfin le cumul entre plusieurs mandats territoriaux.

Puis, le rapport analyse les législations en Europe, tout en soulignant la difficulté d’une comparaison étant donnée la diversité des organisations des pouvoirs publics (collectivités dotées de compétence législative ou collectivités territoriales équivalentes au département ou à la commune).

Le rapport constate que la législation sur le cumul des mandats est partout parcellaire mais, lorsqu’elle existe, elle répond aux mêmes exigences : respecter l’égalité des citoyens dans l’accès aux charges publiques, prévenir les pressions sur les électeurs, garantir la sincérité des élections et assurer tant la bonne administration des collectivités publiques que l’impartialité des titulaires de mandats.

La déclaration et la publication des cas de cumul permettent seules de connaître l’étendue du phénomène. Selon un précédent rapport sénatorial de février 2012, la proportion d’élus en situation de cumul ne dépasse pas 20% dans la plupart des pays européens, en France, 84% des députés et 72% des sénateurs exerçaient au moins un autre mandat électif.

En novembre 2012, la commission sur la moralisation de la vie publique, présidée par Lionel Jospin, doit remettre ses conclusions et elles devront également porter sur le cumul des mandats. Parallèlement, les présidents des groupes PS à l’Assemblée nationale et au Sénat ont proposé d’instaurer, dans un premier temps, le non-cumul des indemnités.

A lire: 

Loi n° 2000-295 du 5 avril 2000 relative à la limitation du cumul des mandats électoraux et des fonctions et à leurs conditions d’exercice (1)

LOI
Loi n° 2000-295 du 5 avril 2000 relative à la limitation du cumul des mandats électoraux et des fonctions et à leurs conditions d’exercice (1)

NOR: INTX9800019L – Version
Version consolidée au 01 mars 2008

Titre Ier : Dispositions modifiant le code électoral

Article 1
A modifié les dispositions suivantes :
Modifie Code électoral – art. L44 (V)

Article 2
A modifié les dispositions suivantes :
Modifie Code électoral – art. L46-1 (M)

Article 3
Créé par Loi 2000-295 2000-04-05 JORF 6 avril 2000 rectificatif JORF 8 juillet 2000
[Dispositions déclarées non conformes à la Constitution par décision du Conseil constitutionnel n° 2000-426 DC du 30 mars 2000.]

Article 4
A modifié les dispositions suivantes :
Modifie Code électoral – art. L194 (V)

Article 5
A modifié les dispositions suivantes :
Modifie Code électoral – art. L231 (M)

Article 6
A modifié les dispositions suivantes :
Modifie Code électoral – art. L339 (V)

Titre II : Dispositions modifiant le code général des collectivités territoriales

Article 7
A modifié les dispositions suivantes :
Modifie Code général des collectivités territoriales – art. L2122-4 (M)
Modifie Code général des collectivités territoriales – art. L5211-2 (V)

Article 8
A modifié les dispositions suivantes :
Crée Code général des collectivités territoriales – art. L1621-1 (M)

Article 9
A modifié les dispositions suivantes :
Modifie Code général des collectivités territoriales – art. L2122-18 (M)

Article 10
A modifié les dispositions suivantes :
Modifie Code général des collectivités territoriales – art. L2123-3 (T)

Article 11
A modifié les dispositions suivantes :

Article 12
A modifié les dispositions suivantes :
Modifie Code général des collectivités territoriales – art. L2123-9 (V)

Article 13
A modifié les dispositions suivantes :
Modifie Code général des collectivités territoriales – art. L2123-23 (Ab)
Crée Code général des collectivités territoriales – art. L2123-23-1 (T)
Modifie Code général des collectivités territoriales – art. L2511-34 (M)

Article 14
A modifié les dispositions suivantes :
Modifie Code général des collectivités territoriales – art. L3122-3 (M)

Article 15
A modifié les dispositions suivantes :
Modifie Code général des collectivités territoriales – art. L3221-3 (M)

Article 16
A modifié les dispositions suivantes :
Modifie Code général des collectivités territoriales – art. L4133-3 (M)

Article 17
A modifié les dispositions suivantes :
Modifie Code général des collectivités territoriales – art. L4231-3 (M)

Article 18
A modifié les dispositions suivantes :
Modifie Code général des collectivités territoriales – art. L4422-15 (T)

Article 19
A modifié les dispositions suivantes :
Crée Code général des collectivités territoriales – art. L4422-18-1 (T)

Titre III : Dispositions modifiant la loi n° 77-729 du 7 juillet 1977 relative à l’élection des représentant au Parlement européen

Article 20
A modifié les dispositions suivantes :

Article 21
A modifié les dispositions suivantes :
Modifie Loi n°77-729 du 7 juillet 1977 – art. 6 (V)

Article 22
A modifié les dispositions suivantes :
Crée Loi n°77-729 du 7 juillet 1977 – art. 6-1 (V)
Crée Loi n°77-729 du 7 juillet 1977 – art. 6-2 (Ab)
Crée Loi n°77-729 du 7 juillet 1977 – art. 6-3 (M)
Crée Loi n°77-729 du 7 juillet 1977 – art. 6-4 (V)
Crée Loi n°77-729 du 7 juillet 1977 – art. 6-5 (V)
Crée Loi n°77-729 du 7 juillet 1977 – art. 6-6 (V)

Article 23
A modifié les dispositions suivantes :
Modifie Loi n°77-729 du 7 juillet 1977 – art. 24 (M)

Titre IV : Dispositions relatives à l’outre-mer

Article 24
Créé par Loi 2000-295 2000-04-05 JORF 6 avril 2000 rectificatif JORF 8 juillet 2000
La présente loi est applicable en Polynésie française, en Nouvelle-Calédonie, dans les îles Wallis et Futuna et à Mayotte, à l’exception de son titre II.

Les dispositions du titre II ne sont pas applicables à Saint-Pierre-et-Miquelon.

Article 25. Créé par Loi 2000-295 2000-04-05 JORF 6 avril 2000 rectificatif JORF 8 juillet 2000

Après les mots :  » – les articles L. 122-1 à L. 122-14, sous réserve des modifications ci-après : « , le II de l’article 3 de la loi n° 77-1460 du 29 décembre 1977 modifiant le régime communal dans le territoire de la Polynésie française est ainsi modifié :

1° Il est inséré un a et un b ainsi rédigés :

 » a) Le deuxième alinéa de l’article L. 122-4 est ainsi rédigé ;

 » Nul ne peut être élu maire s’il n’est âgé de dix-huit ans révolus.  » ;

 » b) Après l’article L. 122-4, il est inséré un article L. 122-4-1 ainsi rédigé :

 » Art. L. 122-4-1. – Les fonctions de maire sont incompatibles avec l’exercice d’un mandat de représentant au Parlement européen ou d’une des fonctions suivantes : président [Dispositions déclarées non conformes à la Constitution par décision du Conseil constitutionnel n° 2000-426 DC du 30 mars 2000] du gouvernement de la Polynésie française, [Dispositions déclarées non conformes à la Constitution par décision du Conseil constitutionnel n° 2000-426 DC du 30 mars 2000] président d’un conseil régional, président d’un conseil général.

 » Les fonctions de maire sont également incompatibles avec celles de membre de la Commission européenne, membre du directoire de la Banque centrale européenne ou membre du Conseil de la politique monétaire de la Banque de France.

[Dispositions déclarées non conformes à la Constitution par décision du Conseil constitutionnel n° 2000-426 DC du 30 mars 2000.]

 » Tout maire élu à un mandat ou exerçant une fonction le plaçant dans une situation d’incompatibilité prévue au présent article cesse de ce fait même d’exercer ses fonctions de maire. En cas de contestation, l’incompatibilité prend effet à compter de la date à laquelle la décision juridictionnelle confirmant l’élection devient définitive.  »

 » 2° Les a, b, c, d, e et f deviennent respectivement les c, d, e, f, g et h.  »

Article 26 (abrogé)
Créé par Loi 2000-295 2000-04-05 JORF 6 avril 2000 rectificatif JORF 8 juillet 2000
Abrogé par Ordonnance 2007-1434 2007-10-05 art. 11 6° JORF 6 octobre 2007 en vigueur le 1er mars 2008

Article 27
Créé par Loi 2000-295 2000-04-05 JORF 6 avril 2000 rectificatif JORF 8 juillet 2000
Le code des communes de la Nouvelle-Calédonie est ainsi modifié :

1° Dans l’article L. 122-4, le deuxième alinéa est ainsi rédigé :

 » Nul ne peut être élu maire s’il n’est âgé de dix-huit ans révolus.  » ;

2° Après l’article L. 122-4, il est inséré un article L. 122-4-1 ainsi rédigé :

Article 28
A modifié les dispositions suivantes :
Crée Loi n°85-595 du 11 juin 1985 – art. 17-1 (Ab)
Crée Loi n°85-595 du 11 juin 1985 – art. 18-1 (Ab)
Modifie Code électoral – art. L328-4 (M)

Article 29
Créé par Loi 2000-295 2000-04-05 JORF 6 avril 2000 rectificatif JORF 8 juillet 2000
I. – Après l’article L. 123-13 du code des communes applicable aux communes de Saint-Pierre-et-Miquelon, il est inséré un article L. 123-14 ainsi rédigé :

Article 30
A modifié les dispositions suivantes :
Modifie Code électoral – art. L334-12 (M)
Article 31 En savoir plus sur cet article…
Créé par Loi 2000-295 2000-04-05 JORF 6 avril 2000 rectificatif JORF 8 juillet 2000
I. – L’article L. 122-4 du code des communes applicable aux communes de Mayotte est ainsi rédigé :

 » Art. L. 122-4. – Le conseil municipal élit le maire et les adjoints parmi ses membres au scrutin secret à la majorité absolue. Nul ne peut être élu maire s’il n’est âgé de dix-huit ans révolus.

 » Les fonctions de maire sont incompatibles avec l’exercice du mandat de représentant au Parlement européen ou des fonctions suivantes : président du conseil général de Mayotte, président d’un conseil régional, président d’un conseil général.

 » Les fonctions de maire sont également incompatibles avec celles de membre de la Commission européenne, membre du directoire de la Banque centrale européenne ou membre du conseil de la politique monétaire de la Banque de France.

[Dispositions déclarées non conformes à la Constitution par décision du Conseil constitutionnel n° 2000-426 DC du 30 mars 2000.]

 » Tout maire élu à un mandat ou une fonction le plaçant dans une situation d’incompatibilité prévue par le présent article cesse de ce fait même d’exercer ses fonctions de maire. En cas de contestation, l’incompatibilité prend effet à compter de la date à laquelle la décision juridictionnelle confirmant l’élection devient définitive.  »

II. – L’article L. 163-12 du même code est complété par un alinéa ainsi rédigé :

 » Les dispositions de l’alinéa précédent ne sont pas applicables à l’incompatibilité prévue aux deuxième à cinquième alinéas de l’article L. 122-4.  »

III. – L’article L. 122-11 du même code est complété par un alinéa ainsi rédigé :

 » Le membre du conseil municipal ayant démissionné de la fonction de maire en application des articles LO 141 du code électoral, L. 122-4 du présent code ou de l’article 6-2 de la loi n° 77-729 du 7 juillet 1977 relative à l’élection des représentants au Parlement européen ne peut recevoir des délégations jusqu’au terme de son mandat de conseiller municipal ou jusqu’à la cessation du mandat ou de la fonction l’ayant placé en situation d’incompatibilité.  »

IV. – Dans le I de l’article L. 121-42 du même code, le nombre :

 » 100 000  » est remplacé par le nombre :  » 3 500 « .

V. – Après le 3° du II de l’article L. 121-38 du même code, il est inséré un 4° ainsi rédigé :

 » 4° A l’équivalent de 40 % de la durée légale du travail pour les conseillers municipaux des communes de 30 000 à 99 999 habitants de 30 % pour les conseillers municipaux des communes de 10 000 à 29 999 habitants et de 15 % pour les conseillers municipaux des communes de 3 500 à 9 999 habitants.  »

VI. – Le début de l’article L. 121-44 du même code, dans sa rédaction issue du premier alinéa de l’article 3 de la loi n° 92-108 du 3 février 1992 relative aux conditions d’exercice des mandats locaux, est ainsi rédigé :  » Les maires des communes de 3 500 habitants au moins, les adjoints au maire des communes de 20 000 habitants, qui pour l’exercice… (Le reste sans changement.)  »

Article 32
A modifié les dispositions suivantes :
Crée Loi n°92-108 du 3 février 1992 – art. 22-1 (M)

Article 33
A modifié les dispositions suivantes :
Abroge Loi n°85-1406 du 30 décembre 1985 – art. 5 (Ab)

Titre V : Dispositions transitoires

Article 34
Créé par Loi 2000-295 2000-04-05 JORF 6 avril 2000 rectificatif JORF 8 juillet 2000
Quiconque se trouve, à la date de la publication de la présente loi, dans l’un des cas d’incompatibilité qu’elle institue peut continuer d’exercer les mandats et fonctions qu’il détient jusqu’au terme de celui d’entre eux qui, pour quelque cause que ce soit, prend fin le premier.

Par le Président de la République : Jacques Chirac

Le Premier ministre, Lionel Jospin

Le ministre de l’économie, des finances et de l’industrie, Laurent Fabius

Le garde des sceaux, ministre de la justice, Élisabeth Guigou

Le ministre de l’intérieur, Jean-Pierre Chevènement

Le secrétaire d’Etat à l’outre-mer, Jean-Jack Queyranne

La secrétaire d’Etat au budget, Florence Parly

(1) Loi n° 2000-295.

– Travaux préparatoires :

Assemblée nationale :

Projet de loi n° 822 ;

Rapport de M. Bernard Roman, au nom de la commission des lois, n° 909 ;

Discussion les 26, 27, 28 mai et adoption le 28 mai 1998.

Sénat :

Projet de loi n° 464 (1997-1998) ;

Rapport de M. Jacques Larché, au nom de la commission des lois, n° 29 (1998-1999) ;

Discussion les 27, 28 et 29 mars 1998 et adoption le 29 mars 1998.

Assemblée nationale :

Projet de loi, modifié par le Sénat, n° 1158 ;

Rapport de M. Bernard Roman, au nom de la commission des lois, n° 1400 ;

Discussion et adoption le 4 mars 1999.

Sénat :

Projet de loi, adopté avec modifications par l’Assemblée nationale en deuxième lecture, n° 256 (1998-1999) ;

Rapport de M. Jacques Larché, au nom de la commission des lois, n° 449 (1998-1999) ;

Discussion et adoption le 19 octobre 1999.

Assemblée nationale :

Projet de loi, modifié par le Sénat en deuxième lecture, n° 1878 ;

Rapport de M. Bernard Roman, au nom de la commission mixte paritaire, n° 2016.

Sénat :

Rapport de M. Jacques Larché, au nom de la commission mixte paritaire, n° 126 (1999-2000).

Assemblée nationale :

Projet de loi, modifié par le Sénat en deuxième lecture, n° 1878 ;

Rapport de M. Bernard Roman, au nom de la commission des lois, n° 2134 ;

Discussion et adoption le 8 février 2000.

Sénat :

Projet de loi, adopté avec modifications par l’Assemblée nationale en nouvelle lecture, n° 213 (1999-2000) ;

Rapport de M. Jacques Larché, au nom de la commission des lois, n° 232 (1999-2000) ;

Discussion et rejet le 2 mars 2000.

Assemblée nationale :

Projet de loi, rejeté par le Sénat en nouvelle lecture, n° 2231 ;

Rapport de M. Bernard Roman, au nom de la commission des lois, n° 2234 ;

Discussion et adoption en lecture définitive le 8 mars 2000.

– Conseil constitutionnel :

Décision n° 2000-426 DC du 30 mars 2000 publiée au Journal officiel de ce jour.